Plaidoyer pour  l’éloignement des cantonnements des groupes armés ayant déposé des armes en Ituri

0
772

Bunia, 07 Septembre 2020(ACP).- Le deuxième vice-président du sénat, l’honorable John Tibasima  lance un appel  au président de la République et au gouvernement de la République de  tout mettre en œuvre  pour trouver des réponses au problème  lié à l’éloignement des cantonnements des groupes armés  qui  ont déposé des armes en Ituri.

Lors d’un point de presse animé lundi  suite à l’intrusion des miliciens de la CODECO dans la ville de Bunia  et qui prétendaient réclamer leur prise en charge, le deuxième vice-président de la chambre haute du parlement, a estimé qu’il était  temps   d’éloigner  les éléments  de cette milice de grandes agglomérations  notamment du  groupement Ezekere qui  se situe  pratiquement au porte de la ville de Bunia. Pour lui, c’est cette proximité   qui pourrait  justifier l’intrusion de ces miliciens.

«Il faut qu’une mission vienne ici appuyer le gouvernement provincial, appuyer le comité de sécurité, appuyer toutes les forces vives pour que la question de cantonnement soit réglée de manière définitive afin de renforcer la paix et la sécurité dans la province de l’Ituri » a-t-il lancé et de poursuivre».

«Nous pensons que parmi des questions qui pourront être envisagées et réglées c’est aussi arriver à éloigner le cantonnement de grandes agglomérations et une prise en charge conséquente des éléments cantonnés qui aujourd’hui d’après diverses sources se situeraient au-delà de 15.000! Approcheraient peut être 20.000! Mais c’est une situation qui appelle un règlement rapide», a-t-il dit.

John Tibasima a profité de  cette rencontre avec la presse  pour exprimer sa sympathie à toute la population de la ville de Bunia en particulier et celle de l’Ituri en général qui, aujourd’hui est dans un état de psychose, avant de déplorer l’intrusion le week-end dernier des miliciens de la CODECO à Bunia. Cette intrusion, est, a-t-il dit, de nature à créer de grands dégâts dans une ville densément peuplé de Bunia qui compte  une population est estimée à plus ou moins 2.000.000 d’âmes.

 Voir des hommes en armes pénétrés dans la ville cela constitue un évènement que nous devons tous déplorer. Ici je voudrais en toute humilité et de manière la plus ferme adressé un message aux éléments de CODECO et à leurs dirigeants.

La CODECO a signé des accords avec le gouvernement et CODECO a accepté de déposer les armes et  de ne plus des exactions pourtout où ses éléments se trouvent. Même le cantonnement d’Ezekere est le résultat justement de cette acceptation du message du Chef de l’État qui leur a été transmis par la délégation conduite par Floribert Ndjabu, mais cette attitude de la CODECO est inadmissible, car il est viole les engagements pris, s’indigné le deuxième vice-président du sénat,

Nous appelons les éléments de la CODECO de respecter leurs engagements. La population a beaucoup souffert. Aujourd’hui l’Ituri compte de milliers de morts, elle compte beaucoup de déplacés  a-t-il déclaré, avant d’appeler les éléments de la CODECO et leurs leaders à mesurer les souffrances qu’endurent les populations actuellement  de l’Ituri au regard du drame humanitaire observé  dans  travers les différents sites. ACP/Fng/ODM/May/ NKV/MNI