Plus de 24.000 personnes déplacées en un mois à cause de divers conflits au Kasaï central

0
220

Kinshasa, 07 Septembre 2020 (ACP).- La province du Kasaï Central a enregistré plus de 24.000 personnes déplacées en août dernier suite aux trois conflits distincts liés à des litiges fonciers, ayant occasionné des affrontements et confrontations entre différents groupes ethniques, autorités et milices, indique un communiqué de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), parvenu lundi à l’ACP.

Selon la source, ces affrontements et confrontations ont entraîné le déplacement de milliers de personnes. Les milices voulaient remplacer un chef de communauté traditionnelle par un de leurs membres dans le village de Nteenda.

Dans la ville de Katende, note le HCR, les affrontements entre deux communautés pour les ressources minérales et forestières se sont multipliés tout au long du mois d’août.

Les nouveaux déplacés victimes  des meurtres, viols,  tortures et pillages

Selon le HCR, les nouveaux déplacés font l’objet de meurtres, viols, tortures, pillages et incendies des maisons, au cours des dernières semaines.

« Des dizaines de personnes sont arrivées avec des blessures, plusieurs enfants, des femmes et des personnes âgées parmi les déplacés », a détaillé Babar Baloch, porte-parole du HCR, avant de souligner qu’à la suite de cette nouvelle vague des violences, le HCR continue à suivre la situation avec ses partenaires et de répondre aux besoins des victimes de violations des droits de l’homme.

En 2017, la violence dans la région du Kasaï Central avait entraîné le déplacement interne de 1,4 million de personnes et que 35.000 Congolais s’étaient réfugiés en Angola, rappelle-t-on. ACP/ODM/May/NKV