Les acteurs de la société civile plaident pour l’augmentation des magistrats à la Cour des comptes

0
465

Kinshasa, 08 septembre 2020 (ACP).– Les acteurs de la société civile de la synergie «Congo n’est pas à vendre» ont plaidé, lundi, pour l’augmentation des magistrats à la Cour des comptes en vue de permettre à cette institution d’exercer un contrôle de qualité de la gestion des finances publiques à travers toute l’étendue du territoire national.

Ils l’ont fait savoir à l’ouverture d’un atelier de renforcement des capacités dont les travaux se poursuivent jusqu’à vendredi, 11 septembre 2020, à Kinshasa.

Ils ont recommandé au gouvernement de mettre suffisamment des moyens humains, financiers et matériels à la disposition de la Cour des comptes au regard de son rôle dans le contrôle des finances publiques et la lutte contre la corruption en RDC.

Selon M. Florimond Muteba, président du conseil d’administration de l’Observatoire de la dépense publique (ODEP), le nombre de 60 magistrats de la Cour des comptes ne permet pas  à cette institution d’effectuer un contrôle de qualité à travers toute l’étendue du territoire national.

«La Cour des comptes n’a que 60 magistrats pour un pays peuplé comme la RDC. La Cour des comptes de l’Afrique du Sud compte 2.000 magistrats, celle de la Chine compte 1 million des magistrats pour permettre un contrôle sévère des ressources de l’État.

Nous voulons que la loi organique promulguée en novembre 2018 sur la Cour des comptes soit mise en œuvre.

Il faut aussi que l’on puisse donner suffisamment des moyens humains, financiers et matériels à la Cour des comptes», a-t-il déclaré.

Ces assises connaissent la participation des structures de la société civile spécialisées dans la passation des marchés publics dont le Groupe de réflexions et d’échanges sur les marchés publics (GREM) et IFORDI,  et celles spécialisées dans le contrôle des finances publiques,  notamment la gouvernance économique et démocratie (REGED) et l’ODEP. ACP/Awa