0
3285

Kinshasa, 09 Septembre 2020 (ACP).- La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a lancé un ultimatum à la junte, qui a pris le pouvoir à Bamako, ont rapporté mercredi des médias internationaux.

Réunis à Niamey, au Niger, les dirigeants d’Afrique de l’Ouest ont décidé de donner jusqu’au 15 septembre aux militaires qui dirigent le Mali, pour désigner un président et un Premier ministre, tous deux civils, pour la transition.

La CEDEAO a exigé le rétablissement rapide d’un régime civil au Mali et l’organisation d’élections dans un délai d’un an, un calendrier sur lequel la junte réunie au sein d’un Comité national pour le salut du peuple (CNSP) ne s’est pas engagée.

Soucieuse de maintenir la pression sur les militaires ayant renversé le 18 août le président Ibrahim Boubacar Keïta, la CEDEAO n’a pas levé les sanctions prises contre le Mali après le coup d’État. La fermeture des frontières, et l’embargo sur les échanges financiers et commerciaux, sont encore en vigueur. ACP/ODM/KJI/GGK