La refondation de l’Etat au menu d’un échange entre le  Premier ministre et les membres de la DYNACAD

0
378

Kinshasa, 10 septembre 2020 (ACP).- La refondation de l’Etat a été au centre de l’audience que le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba a accordée mercredi à une délégation de la Dynamique pour la consolidation des acquis démocratiques (DYNACAD), conduite par le Pr Auguste Mampuya.

Selon le Pr Auguste Mampuya, l’échange avec le chef du Gouvernement a porté sur des questions relatives à la refondation de l’État, qui doit s’opérer à travers des réformes en adéquation avec les réalités du pays.

Le Premier ministre, a-t-il dit,  a adhéré à leur plaidoyer en faveur de la réforme globale de l’État au sein des institutions.

«Le Premier ministre nous a rejoint sur l’ensemble de nos prévisions en ce qui concerne la nécessité d’une réforme globale et holistique de l’État. Il faut que l’État soit refondé sur base des réalités du pays, lesquelles doivent être intériorisées par tout le monde y compris les politiciens. Les citoyens devront considérer que les institutions sont les voies par lesquelles leurs problèmes sont résolus et leur vie prise en charge par l’État. Les institutions sont la raison de l’existence même de l’État. Il faut que l’État soit réformé de manière à être stable et performant», a dit le Pr Auguste Mampuya.

En ce qui concerne les réformes électorales pour lesquelles la classe politique ne parvient pas à un consensus, le Pr Mampuya a appelé la coalition au pouvoir (FCC-CACH) à privilégier les intérêts du peuple congolais.

«Nous ne parlons pas de nous-mêmes ni pour nous-mêmes non plus. Nous parlons justement de ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui de manière qu’ils parviennent à résoudre les problèmes de la population et non pas seulement les problèmes des politiciens, de ceux qui veulent accéder au pouvoir en réformant la loi électorale…», a-t-il souligné.

Par ailleurs, il a indiqué que sa formation politique, la DYNACAD, se prépare à consulter les forces vives du pays pour lever l’option de la refondation de l’État. Son parti politique s’oppose à toute idée d’un énième dialogue extra-institutionnel pour des réformes électorales, a-t-il conclu. ACP/ZNG/Awa