Thomas Luhaka pour la délivrance des diplômes aux finalistes à la clôture de l’année académique

0
549

Kinshasa, 10 septembre 2020 (ACP).- Le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire(ESU), Thomas Luhaka Losendjola, a souligné dans une circulaire transmise aux établissements de l’ESU  dont une copie parvenue jeudi à l’ACP, la nécessité de délivrance des diplômes aux étudiants  finalistes de son secteur lors  de la double cérémonie de  collation des grades académiques et de  clôture de l’année académique .

Le ministre a  à cet effet, invité les établissements au strict respect des ordonnances  relatives  à la collation  des grades académiques au sein des établissements de l’ESU.

Il a par ailleurs,  demandé aux établissements de l’ESU tant publics que privés  qui n’ont pas encore passé la commande des diplômes pour les années académiques antérieures,   d’entrer en contact avec l’administration du ministère afin de remettre les étudiants lésés  dans leurs droits.

Le ministre de l’ESU  qui a déploré des irrégularités dans la délivrance des diplômes, veut  répondre aux réclamations des étudiants finalistes.

Selon lui, les instructions académiques obligent tout établissement de l’ESU  tant public que privé à remettre, lors de la double cérémonie de collation des grades académiques  et de clôture de l’année académique, les diplômes dûment entérinés ou homologués, par le ministère de tutelle à l’étudiant finaliste.

Nombreux sont les établissements  qui, en lieu et place du diplôme entériné ou homologué, délivrent une attestation tenant lieu de diplôme et/ou autres documents administratifs pourtant strictement interdits par la tutelle, a-t-il dit, avant de rappeler qu’il ne se passe pas un seul jour sans que le cabinet  n’enregistre des réclamations des étudiants des établissements respectifs  au sujet de leurs diplômes  des premier et deuxième cycles pour lesquels ils confirment avoir payé les frais y afférents.

Cette pratique illégale, a-t-il poursuivi, cause notamment  d’énormes préjudices à la carrière professionnelle ou postuniversitaire des étudiants.

Le ministre de l’ESU a indiqué qu’en ce jour, les statistiques indiquent que moins de 50% des établissements de l’ESU  transmettent les diplômes  pour entérinement ou homologation  au ministère de tutelle  et pourtant les frais y afférents ont été perçus. ACP/ZNG/Awa