L’ONU se félicite des résultats du dialogue inter-libyen au Maroc

0
219
Le ministre des affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, M.Nasser Bourita intervenant à l'issue de la clôture du dialogue libyen qui s'est déroulé du 06 au 10 septembre à Bouznika, entre les délégations du Haut conseil d’État libyen et le parlement de Tobrouk. 10092020-Bouznika

Kinshasa, 12 septembre 2020(ACP).- Les Nations Unies ont salué, vendredi, les résultats de la réunion qui s’est tenue à Bouznika au Maroc, entre les représentants des deux législatures rivales de la Libye, ont indiqué les médias internationaux reçus samedi à Kinshasa.

« Nous saluons toute initiative et tout effort politique inclusif visant à soutenir une résolution pacifique de la crise en Libye. Cela inclut les efforts récents du Royaume du Maroc, impliquant des délégations du Haut Conseil d’Etat et de la Chambre des représentants. Nous prenons note de la déclaration commune publiée par les participants à la fin de la réunion ainsi que de leur plan de reprise du dialogue dans le courant du mois », a déclaré Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, dans un communiqué.

« Nous nous félicitons également des pourparlers de Montreux, en Suisse, avec les principales parties prenantes libyennes, qui ont été facilités par le Centre pour le dialogue humanitaire« , poursuit le communiqué.

Sur la base de ces consultations et d’autres, la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) lancera les dispositions nécessaires à la reprise du Forum du dialogue politique libyen, qui s’est réuni pour la dernière fois à Genève en février 2020. Les Nations Unies appellent la communauté internationale à soutenir ce processus, conclut le communiqué.

Les dirigeants égyptien et français discutent de questions régionales

Par ailleurs, la situation en Libye  et l’évolution de plusieurs questions régionales ont constitué l’essentiel des discussions qu’a eues vendredi le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et son homologue français Emmanuel Macron, lors d’une conversation téléphonique, rapportent les mêmes sources.

Selon le porte-parole présidentiel égyptien Bassam Rady, cité par les sources, les deux présidents ont échangé également  leurs points de vue sur un certain nombre de questions d’intérêt commun

  1. Al-Sissi et Macron ont rejeté l’escalade en Méditerranée orientale qui affecte les intérêts des pays de la région, soulignant que la réalisation de la sécurité et de la stabilité dans la région est une priorité qui nécessite une coordination entre l’Egypte et la France.

Concernant la question libyenne, les deux dirigeants ont réitéré leur soutien à une solution politique à la crise dans ce pays riche en pétrole, loin de toute ingérence étrangère et des milices armées.

Les deux présidents ont salué également les mesures positives prises pour parvenir à un règlement pacifique en Libye, dans le cadre d’efforts internationaux constructifs, a déclaré le porte-parole.

Ils ont également souligné l’importance d’intensifier la coordination bilatérale afin de soutenir le gouvernement et le peuple libanais par tous les moyens possibles pour surmonter les répercussions de la catastrophe des explosions du port de Beyrouth.

  1. Al-Sissi et Macron ont insisté sur la nécessité de soutenir le Liban pour faire face aux défis économiques et politiques actuels que le pays traverse afin de préserver sa stabilité, sa souveraineté et son unité.

Concernant le processus de paix au Moyen-Orient, les deux parties ont recommandé de redoubler d’efforts sur l’action internationale pour favoriser la reprise des négociations israélo-palestiniennes afin de parvenir à un règlement juste et global, d’une manière qui ouvre des perspectives de stabilité et de prospérité pour tous les peuples de la région. ACP/Zng/CL/MPK