Stéphane Joseph Mukumadi  invite le gouvernement à restaurer la paix dans la province du Sankuru

0
352

Kinshasa, 14 septembre 2020 (ACP).- Le gouverneur de la province du Sankuru, Stéphane Joseph Mukumadi, a invité les autorités du pays à instaurer la paix et l’unité dans la province du Sankuru, au cours d’un point de presse qu’il a tenu lundi, dans la salle de conférence de Notre Dame de Fatima dans la commune de la Gombe à Kinshasa.  

Le  gouverneur Joseph Mukumadi  a brossé un tableau sombre de la  situation politique, économique et  sociale dans son entité territoriale, tout en indiquant que la province du Sankuru, une jeune province issue du démembrement de l’ancienne province du Kasaï Oriental, tente péniblement de sortir de l’eau.

Stéphane Joseph Mukumadi qui est arrivé à la tête de cette province à l’issue des élections en juillet 2019, a fait savoir que sa première mission est de refaire l’unité politique territoriale de la province du Sankuru, menacée  par de  sérieux problèmes.

Après sa tournée à l’intérieur de sa province, dans les secteurs de  Lodja  , Lomela,  Katakokombe, a-t-il dit, il a constaté que les milices entretiennent des postes d’insécurité empêchant les leaders politiques autres que les leurs, d’accéder dans leurs milieux. « Cette situation menace la cohésion  sociale et la paix,  gage du développement de notre pays », a-t-il dit, ajoutant que certains députés ont été empêchés de poursuivre leur mission parlementaire notamment à Lodja.

Pour Joseph Mukumadi,  sa province a une vocation  essentiellement  agricole et la vie économique dans cette partie très enclavée dépend des infrastructures routières  qui, selon lui,  sont dans un état de délabrement très avancé et quasi inexistant. « Notre tache principale est d’engager un combat pour désenclaver la province  et réhabiliter  les voies de circulation pour soulager tant soit peu la souffrance de la  population de cette province », a-t-il souligné.

A une question,  le gouverneur de la province du Sankuru a démenti les informations relayées par la presse, faisant état de l’arrestation d’un journaliste  après avoir été molesté par un de ses gardes de corps. « Je n’ai aucun problème  avec les ainés  de la province, je leur doit du respect mais l’état dans lequel se trouve notre pays  nous oblige à travailler durement pour la relance de notre province », a-t-il conclu. ACP/Kayu/ODM/May