Des consultations pour l’effectivité de la réponse aux VGBV au Nord-Kivu  

0
108

Goma, 18 septembre 2020 (ACP).- La plate plate-forme Sauti Ya Mama Mukongomani a lancé depuis mercredi des ateliers des consultations à l’intention des groupes d’activistes des droits humains sur l’efficacité de la réponse aux violences sexuelles et basées sur le genre en province du Nord-Kivu dans le cadre du projet « lutte pour l’éradication des violence sexuelles et basées sur le genre à Goma et les territoires de Masisi, Rusthuru et Nyiragongo ».

Cette activité lancée dans le groupe Kamuronza a pour objectifs de contribuer à la réduction des VSGB à travers les mécanismes de soutien sur la prévention et la réponse aux les SGBV/HP, et plus généralement sur les gender woman empowermant (GEWE) ou autonomisation de la femme dans la ville de Goma, en territoires de Nyiragongo, Masisi et Rutshuru.

Durant les deux jours de discussions, les participants venus de la ville de Goma et de différents coins du territoire de Masisi ont identifié et analysé les normes et pratiques discriminatoires à l’égard des femmes et filles. Ils ont en outre identifié à l’issue de ces assises, les besoins des femmes et des filles en matière de protection de leurs droits humains.

Les parties prenantes ont ainsi examiné les mécanismes communautaires existants pour la protection des droits des femmes et des filles dans les quatre zones d’intervention du projet à savoir Goma, Rusthuru, Masisi et Nyiragongo.

Pour la première journée, Mmes Nelly Mangue, coordinatrice de Sauti Ya Mama Mucongomani (SMM) a conduit le premier panel sur femmes, paix et sécurité dans lequel elle a démontré l’importance d’impliquer la femme dans les processus de la recherche de la paix et les avancées significatives que la RDC enregistré jusqu’ à ce jour.

Pour sa part, Mme Evelyne Luyelo, consultante en genre, s’est étendue sur la problématique « Genre et violences basées sur le genre » en insistant sur les constructions sociales qui vont à l’encontre des droits de chacun.

Madame Isabelle Pendeza, vice-présidente du Collectif d’associations féminines pour le développement (Cafed) a abordé le panel sur la participation des femmes à la gouvernance locale en insistant sur l’effectivité de l’égalité à partir de la base.

Notons que les participants ont formulé des recommandations en vue de renforcer la protection des droits de femmes et de filles ont exposé des discussions au deuxième jour des travaux.  ACP/Kayu/ODM/ NIG/ GGK