L’artiste Jo Mpoyi  encore présent dans la mémoire des Congolais 27 ans   après sa disparition

0
1262

Kinshasa 19 septembre 2020 (ACP).- L’ancien musicien de l’orchestre Ok Jazz,  feu Ignace Mpoyi Kanyinda, alias Jo Mpoyi demeure encore présent dans la mémoire de nombreux Congolais, fanatiques de la musique des années 1970, 27 ans   après sa disparition le 19 septembre 1993.

Selon certains Kinois abordés samedi par l’ACP, Jo Mpoy  a  enregistré plusieurs exploits durant sa carrière musicale particulièrement au sein de l’OK Jazz où il offrit des prestations remarquables sous l’encadrement de Franco Luambo Makiadi alias « Grand Maître Franco » et de son mentor Josky Kiambukuta.

Ils gardent de lui les souvenirs d’une des voix exceptionnelles de la musique congolaise de son époque, qui s’est distingué dans l’interprétation des tubes telles que « Mandola », « Kadima », « Mamba », « Celio », « Pablo », « Adieu Franco », sans oublier « Mbongo », sa première chanson qu’il interpréta  et en même temps un remix après la version de son collègue Ndombe Opetum.

Né le 23 septembre 1954 à Bujumbura, d’un père nilotique et d’une mère Kasaïenne, Jo Mpoy avait commencé sa carrière musicale par des prestations dans les cabarets de Kinshasa aux sons de musiques salsa ou folk.

Après des collaborations avec Ray Lema et Pépé Felly Manuaku, il intégra ensuite vers les années 1976 l’orchestre Lovy du Zaïre dirigé par Vicky Longomba, où il côtoya un certain Diatho Lukoki.

C’est à ce chanteur que le Grand Maître Franco fit appel, lorsque son orchestre fut déserté par quelques musiciens dont Youlou Mabiala, qui avait décidé de traverser la rive du fleuve et retourner à Brazzaville.

De son entrée au TP Ok Jazz

Mpoyi Kanyinda Ignace accompagna donc son ami Diatho Lukoki accomplir les formalités administratives à l’immeuble 1-2-3, afin d’intégrer le Tout Puissant Ok Jazz.

Dans son bureau, le Grand Maître Franco était  accompagné de Kiambukuta Josky qui, lui, avait déjà entendu chanter Jo MPoyi. Il plaida alors sa cause auprès de Franco qui ne va dans un premier  être convaincu.

Mais l’artiste fit tout de même la promesse d’étudier cette candidature au retour de son voyage de l’Europe, et pria le jeune chanteur de revenir plus tard.

On ne saura peut-être jamais ce qui a subitement fait changer d’avis au patron de Ok Jazz pour faire rappeler ce garçon qu’il n’avait jamais entendu chanter et le faire intégrer immédiatement son groupe.

Toujours est-il que Franco exigea que toutes les formalités fussent accomplies sur le champ, et Joe Mpoyi s’envola, quelques jours plus tard, pour une tournée européenne avec l’orchestre Ok Jazz. En réalité, le délai étant court pour lui obtenir un visa en bonne et due forme, il dû voyager avec l’identité d’un autre musicien. ACP/Cl/MPK