Le président somalien nomme un nouveau Premier ministre

0
267

Kinshasa, 19 septembre 2020 (ACP) – Le président somalien Mohamed Farmajo a nommé Mohamed Hussein Roble en qualité de Premier ministre du pays en remplacement d’Ali Hassan Khaire, qui a été destitué par le parlement en juillet, indiquent des agences internationales  de presse recues samedi à Kinshasa.

  1. Farmajo, qui a fait cette annonce jeudi soir, a demandé à M. Roble de former un nouveau gouvernement pour diriger le pays lors de la période de transition, alors que la Somalie prépare les élections générales de 2020-2021.

Pour le président somalien, le choix de M. Robleb a été dicté sur  base de ses connaissances, de son expérience et de sa capacité à mener les initiatives du gouvernement et à développer des plans nationaux.

Il a demandé à M. Roble de faire des efforts conséquents pour consolider les gains de sécurité, rebâtir les forces armées et développer les infrastructures.

  1. Roble, diplômé de l’université nationale de Somalie en ingénierie civile, est un fonctionnaire international qui a travaillé pour l’Organisation internationale du travail (OIT).

Dans un communiqué publié après sa nomination, M. Roble, qui a travaillé à l’université de Londres et vécu à New York, a déclaré qu’il coopérerait avec tous les Somaliens pour diriger cette délicate période de transition.

« Il est clair que le pays est dans un état de transition qui nécessite un véritable compromis et une vraie coopération », a-t-il indiqué sur les réseaux sociaux. Il a exprimé l’espoir que les Somaliens le soutiennent et prennent part à la nouvelle donne politique.

La nomination de M. Roble, un humanitaire, est venue peu après une avancée majeure dans les pourparlers entre M. Farmajo et cinq dirigeants d’Etats régionaux pour mener les élections présidentielles et parlementaires de 2020-2021.

Les analystes décrivent la nomination de M. Roble, qui se présente comme non aligné dans le paysage politique somalien, comme un signe d’espoir et un compromis majeur dans le processus à suivre pour élire le prochain gouvernement fédéral somalien.

Le mandat du parlement actuel s’achève le 27 décembre ; celui  du président Farmajo  le 7 février 2021.

Les analystes estiment qu’organiser le scrutin de 2020 est essentiel pour enraciner le système fédéral de gouvernance, qui est nécessaire pour apaiser les communautés et les régions qui protestent contre leur exclusion systémique et leur marginalisation depuis des décennies.b ACP/Cl/MPK