RDC : le SNSA  et la FAO s’accordent pour le recensement général des agricultures

0
155

Kinshasa, 18 sept 2020 (ACP)- Le ministère de l’Agriculture par le biais du Service  national de statistiques agricoles (SNSA) en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO) ont ouvert en fin de la semaine à l’hôtel Sultani dans la commune de la Gombe, les travaux de recensement général de l’agriculture (RGA) à travers la table ronde des producteurs et utilisateurs des statistiques agricoles, a appris vendredi l’ACP du SNSA.

Selon la source, M. Lyna Mukwa expert de la FAO a indiqué à cette occasion que ces assises ont pour objectif de générer les données prioritaires, de collecter dans ce cadre de grand recensement agricole qui est en gestation.

Depuis un temps la RDC fait face à une augmentation vertigineuse de la population, ce qui est même à la base de l’augmentation de besoins alimentaires du pays, lesquels sont ouverts en grande partie par la production agricole en vue de pouvoir recadrer ou orienter les politiques ou les stratégies de l’Etat, a-t-il dit.

« Il est donc important d’avoir des données statistiques fiables et nouvelles données statistiques qui orientent les pays », a insisté M. Lyna Mukwa.

L’expert de la FAO a également fait savoir que le « projet  assistance préparatoire au recensement général de l »agriculture » est un projet de coopération technique,  précisant que ceci fait partie  des projets qui sont réalisés sur fonds propre de la FAO en vue d’appuyer les pays partenaires et le plus souvent, il concerne les actions d’urgence dans certains domaine  qui couvre le secteur agriculture,  élevage , environnement voire l’aquaculture généralement,  le projet est porté sur l’institution étatique .

Pour lui, dans le cas espèce, c’est le Service national des statistiques  agricoles (SNSA) qui coordonnent le projet avec l’appui de FAO.

  1. Mukwa a par ailleurs laissé entendre que le projet est parti de plusieurs constats à savoir, l’accroissement de la  démographie, le découpage territorial qui a entrainé des changements important, la variation des masses annuelles de production par province et/ou territoire, l’inexistence du système d’information statistique agricole, tout en souhaitant que la RGA en RDC devrait être une obligation à réaliser tous les cinq ans  dans l’objectif d’actualiser les données sur l’agriculture congolaise et de mesurer son poids dans l’agriculture  mondiale. Ces données permettent de définir et d’ajouter des politiques publiques au niveau national et local.

Le tout dernier recensement agricole date de 1970 à 1974 tandis que la toute dernière enquête agricole remonte aux années 1997-1998. D’où la nécessité du RGA en RDC, afin de disponibiliser les informations récentes et fiable dans le secteur du développement agricole et rural corroborer par l’apparition de nouveaux besoins en information pour la planification du développement, a-t-il dit.

Des activités en perceptive

  1. Lyna Mukwa a par ailleurs fait remarquer que les principales activités prévues dans le projet de recensement général de l’agriculture sont entre autres, la formation sur place du personnel de terrain et d’encadrement, un voyage d’étude en statistiques agropastorales sera organisée pendant deux semaines.

Il est prévu aussi la définition des besoins prioritaires du RGA la rédaction d’un rapport de la table ronde de producteurs et utilisateurs sur ce projet pilote qui est l’assistance  préparatoire au recensement général de l’agriculture.

De manière globale le projet de RGA pourra contribuer à la réduction de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire du fait des stratégies et politiques efficaces définies et mise en œuvre sur base d’informations statistiques structurelles fiables, complètes et à jour, signale-t-on. ACP/CL/MPK