Le Président Félix Tshisekedi informe les ministres des réformes exigées pour accéder aux facilités de crédit du FMI

0
677

Kinshasa, 20 Septembre 2020 (ACP).- Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a informé les ministres réunis en Conseil, vendredi,  des recommandations de la Directrice Générale du Fonds monétaire international (FMI),  sur les réformes indispensables que la RDC doit opérer pour l’accès aux facilités élargies des crédits de cette institution de Bretton Woods.

Selon le porte-parole du gouvernement, ministre d’Etat, ministre de la Communication et Médias,  David-Jolino Makelele, qui l’a indiqué dans son compte-rendu remis samedi, à l’ACP, il s’agit de la gouvernance de la Banque Centrale du Congo  (BCC), de la transparence dans le secteur des Mines  et de la présentation d’un budget réaliste.

A l’initiative du Chef de l’Etat qui présidait cette réunion en vidéoconférence , la 49ème du Conseil des ministres, le Premier ministre a été chargé de s’assurer que les initiatives prises par les Institutions et les ministères sectoriels concernés concourent à la réalisation de l’objectif susvisé.

La RDC et le FMI, rappelle-t-on, ont convenu  de renouer leur coopération, à l’issue de  l’entretien que le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi a eu, le 5 avril 2019, à Washington DC, avec l’ex patronne du FMI, Christine Lagarde. L’audit de l’économie de la RDC était le préalable censé conditionner le reste du processus.

Il sied également de rappeler que le FMI avait  arrêté sa coopération  avec la RDC depuis 2012 à cause de l’opacité dans la gestion des ressources naturelles.

Le FMI est une des institutions financières les plus importantes au niveau mondial, qui a pour mission d’encourager la stabilité financière et la coopération économique, de produire des statistiques et études  ainsi que de prêter des fonds en contrepartie de réformes aux pays en crise.

De façon à assurer la stabilité financière, le FMI peut accorder des prêts aux pays connaissant des difficultés, notamment une crise de la dette publique et (ou) une crise de change. Le gouvernement approuve le  Plan stratégique 2020-2022 du ministère de la Pêche et Elevage

Les ministres réunis en Conseil ont approuvé le Plan stratégique 2020-2022 du ministère de la Pêche et Elevage, proposé par le ministre de tutelle, Jonathan Bialosuka Wata, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Jolino Makelele.

Selon le ministre Jonathan Bialosuka, ce plan s’inscrit dans la logique de doter son ministère d’un document qui servira à la fois d’orientation et de lobbying dans les trois secteurs, à savoir : la pêche, l’élevage et l’aquaculture pour les 3 (trois) prochaines années, soit de 2020 à 2022.

Le plan stratégique est censé être un instrument de plaidoyer, de mobilisation des ressources et d’orientation stratégique dans les domaines de pêche, élevage et aquaculture pour l’ensemble de la RDC.

Pour le ministre, l’adoption de ce plan permettra sa diffusion et sa vulgarisation auprès des partenaires techniques et financiers (PTF) et des opérateurs économiques qui veulent investir dans les domaines de pêche, élevage et aquaculture et  permettra également la résolution du problème de la diversification de l’économie nationale, de la crise alimentaire et nutritionnelle.

Son élaboration, a-t-il précisé, a suivi un certain nombre d’étapes dont  l’organisation du 11 au 14 décembre 2020, d’une formation nationale sur la pêche, l’élevage et l’aquaculture, qui a réuni plus de 22 délégués venus de 26 provinces.

A l’issue de cette formation, il a été recommandé l’élaboration du Plan stratégique 2020-2022, le cadre opérationnel du ministère de Pêche et Elevage 2020-2022 et le plan d’urgence du Programme Multisectoriel d’Urgence d’Atténuation des Impacts de la COVID-19 RDC (PMUAIC -19) du ministère de Pêche et Elevage. ACP/CL/Fmb