Congo-Brazzaville : les étudiants de l’Université Marien Ngouabi satisfaits de retrouver le campus après six mois de fermeture

0
209
View of the Chinese-built library at the University Marien Ngouabi in Brazzaville on March 30, 2013. China's new President Xi Jinping on Saturday wrapped up his first foreign trip which has seen him sign energy deals with Russia and scores of accords with countries in resource-rich Africa. AFP PHOTO / Laudes Martial MBON / AFP PHOTO / Laudes Martial Mbon

Kinshasa, 21 Septembre 2020 (ACP).- Les 35.000 étudiants de l’université publique de Brazzaville ont exprimé leur satisfaction en renouant lundi avec le chemin du campus après six mois d’interruption imposée par le coronavirus, a-t-on appris le même jour de la presse locale.

Apaisés pour ce retour, les craintes d’une année blanche qui pointait à l’horizon et ses conséquences ont  fini par disparaître  sans laisser de traces.

On rappelle à ce sujet que ces étudiants n’avaient  plus jamais mis les pieds dans les amphithéâtres et vidé les campus depuis le mois de  mars dernier ne camouflent pas leur satisfaction  du fait que l’année académique 2019-2020 soit sauvée.

« La reprise est une bonne nouvelle pour nous après avoir  passé six mois à la maison sans rien faire en raison du confinement de l’Université. On redoutait une année blanche. On est contents de renouer avec le chemin des études question de ne pas vainement perdre l’année », ont déclaré sous couvert d’anonymat des étudiants rencontrés par la presse.

Dans les onze établissements de l’université publique tout va désormais se dérouler dans le respect des mesures imposées par le coronavirus, selon Koncernant Epara, président du Mouvement national des élèves et étudiants du Congo (MEEC).

« Pour tout dire, il n’y aura plus de pléthore dans les salles de classes comme jadis. À titre d’illustration, à la Faculté de droit où j’évolue, on avait deux vagues qui vont désormais être divisées en quatre. L’objectif visé est de faire en sorte que l’université ne soit pas un foyer de contamination à grande échelle. Il faut protéger les vies des étudiants », a indiqué M. Epara.

Aux autorités, les étudiants demandent la reprise du versement de leur bourse. La toute dernière concernait le troisième trimestre de l’année 2017. ACP/Kayu/ODM/Nig/NKV