L’exigence de la performance dans la gouvernance de la Nation ne se négocie guère, selon le Premier ministre

0
494

Kinshasa, 21 septembre 2020 (ACP).- L’exigence de la performance dans la gouvernance de la Nation ne se négocie guère, a indiqué le Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, à l’ouverture lundi, à l’amphithéâtre du fleuve Congo hôtel à Kinshasa,  du « Forum sur la performance dans la Gouvernance de la Nation ».

Le Premier ministre qui représentait le  Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, à ces assises, a salué la tenue de ce forum, qui, selon lui, s’inscrit dans un dialogue citoyen entre gouvernants et gouvernés.

Pour lui, la performance dans la gouvernance de la Nation se décline en la responsabilité des ministres ainsi que des animateurs des institutions publiques, et dans le suivi proactif de leur performance dans la mise en œuvre de la politique définie par le Gouvernement de la République.

Il a souhaité que les travaux de ces assises  débouchent sur des recommandations susceptibles d’aider le Gouvernement central à accroître les ressources publiques ainsi que sur la production de l’intelligence économique et le dialogue citoyen qui seront des instruments stratégiques de pilotage de l’action publique devant aider la RDC à disposer des informations pertinentes permettant de comprendre et d’anticiper les mutations de l’environnement national et international, facteurs d’opportunités et de menaces, tout en favorisant l’innovation et la créativité.

Il s’est dit rassuré de voir les participants se mobiliser autour de leur Gouvernement pour engager un vaste chantier de réformes et infléchir le cours de l’histoire pour placer la RDC parmi les Nations résolument engagées sur la voie de la modernisation.

Nécessité de l’amélioration du climat juridique et judiciaire

Le Premier ministre a, dans cette même allocution exprimé la nécessité de l’amélioration du climat juridique et judiciaire.

«C’est en améliorant le climat juridique et judiciaire des affaires que nous parviendrons à rassurer les investisseurs et à sécuriser les investissements indispensables à l’essor économique et social de notre pays », a-t-il déclaré.

Pour lui, le Président de la République a procédé à la mise en place d’une Agence nationale de lutte contre la corruption et d’une Coordination en charge du climat des affaires pour créer et renforcer les conditions favorables à l’investissement et à l’initiative privée.

Dans le même ordre d’idées, a-t-il ajouté, il a instruit l’Inspection Générale des Finances (IGF) de s’engager à débusquer toutes les malversations qui avaient malheureusement élu domicile au sein de nos différentes administrations.

« La mise en place de ces mécanismes et/ou le renforcement de leurs capacités constitue désormais le socle de la bonne gouvernance dans notre pays », a-t-il affirmé, ajoutant que toutes ces mesures ne peuvent être mises en œuvre que sous le contrôle étroit de la loi.

«Je suis plus que jamais convaincu que sans une Justice indépendante, équitable et professionnelle, nous ne pourrons pas lutter efficacement contre la corruption», a-t-il soutenu.

Initié par l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ), l’Agence de Prévention de Lutte contre la Corruption (APLC) et la Coordination pour le changement climatique (CCM) avec l’appui de la présidence de la République, ce Forum va se clôturer le jeudi 24 septembre prochain.

On a noté à cette cérémonie, la présence notamment du vice-président du Sénat, des membres du Bureau du Conseil Supérieur de la Magistrature, du président du Conseil Économique et Social, des députés nationaux et sénateurs, des membres du Gouvernement central, des ambassadeurs accrédités en RDC, des présidents des Institutions d’appui à la démocratie ainsi que des gouverneurs des provinces. ACP/Kayu/ODM/Nig