Macron prône l’édification d’une nouvelle ère pour la mondialisation

0
421

Kinshasa, 23 Septembre 2020 (ACP).- Le président français Emmanuel Macron a déclaré mardi que la crise actuelle de la mondialisation ne pourrait pas être résolue en se tournant vers le nationalisme, et a préconisé la construction d’une nouvelle ère pour une mondialisation plus juste, équilibrée et durable, ont annoncé mercredi  des médias étrangers.

La mondialisation est mise au défi en raison de la crise financière, des transformations du monde, du retour des consciences nationales des peuples et, en fin de compte, de la pandémie de COVID-19, a estimé M. Macron dans ses remarques par vidéo lors du débat général de la 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies.« Nous pouvons le voire clairement, le risque est de répondre à cette crise de la mondialisation par un repli nationaliste, par la violence des populismes, des extrêmes plutôt, et par le retour des puissances », a-t-il averti, notant que le protectionnisme serait dangereux.Le président français a en outre dit qu’il était indéniable que la mondialisation de ces dernières années a apporté le progrès et la prospérité à la population mondiale, et qu’il était essentiel que les gouvernements tiennent compte des nouvelles réalités et fassent des efforts communs pour construire une nouvelle ère de la mondialisation.

« Nous devons reposer ensemble les bases d’une mondialisation plus juste, plus équilibrée, plus équitable, plus durable », a recommandé M. Macron, notant que le combat contre les inégalités devrait être au cœur de cette nouvelle mondialisation qu’il appelle de ses vœux. Macron  s’est fait le chantre du multilatéralisme, notant que la reconstruction des fondements de l’ordre international nécessite la mise en place d’une coopération internationale fonctionnelle, fondée sur des règles claires, définies et respectées par tous.« Le multilatéralisme n’est pas seulement un acte de foi, mais aussi une nécessité opérationnelle », a-t-il souligné.

Le président français a également exprimé ses préoccupations concernant le changement climatique, notant qu’en décembre, cela fera cinq ans que l’accord de Paris a été signé, mais que ses objectifs qui avaient été fixés collectivement ne seront pas atteints. ACP/Kayu/ODM/KJI/GGK/JLL