L’INPP/Matadi: Fin du projet Fonds d’innovation aux attentes réalisées sur satisfaction de l’AFD

0
341

Matadi, 24 septembre 2020 (ACP).-L’Agence française de développement(AFD) a récemment, via ses experts de l’Appui à maîtrise d’œuvre(AMO), accompagnés de l’équipe de coordination nationale et du représentant du comité technique de réforme, évalué positivement le projet Fonds d’innovation, l’une des phases du projet global étalé sur 3 ans sous son financement exécutable à l’INPP/Matadi dans la province du Kongo Central.

La RDC et la France avaient décidé, dans le cadre du contrat de désendettement et de développement (C2D), de renforcer leur appui à l’INPP pour lui permettre de répondre aux grands enjeux du développement économique durable par le renforcement des capacités professionnelles de la population active avec orientation renforcée vers l’accès à l’emploi des femmes et des publics vulnérables.

Le directeur provincial de l’INPP/Kongo Central, Joël Mokomba Mata a indiqué dans ce cadre que sa direction avait gagné trois (3) projets innovants, dont la mise en œuvre se déroule sur trois différents sites, à savoir Mbanza-Ngungu pour l’apiculture et transformation agro-alimentaire, Muanda pour les énergies renouvelables et Matadi sur « l’implantation de la filière maintenance des circuits hydrauliques et plomberie (IFMCHP) à l’issue d’un appel à projet lancé par la direction générale de l’Institut en 2016.

  L’objectif de ce projet de Matadi était de répondre efficacement aux difficultés rencontrées face à l’absence d’une main d’œuvre qualifiée lors de la réhabilitation des réseaux de distribution d’eau de Matadi en appui à la REGIDESO et autres entreprises utilisant les circuits hydrauliques.

Les impacts internes et externes du projet Fonds d’innovation à Matadi

Les experts précités ont constaté, au fil des différentes évaluations organisées durant l’exécution du projet Fonds d’innovation, que l’INPP/Matadi a en son sein acquis des rénovations tant techniques qu’administratives.

La création d’une filière de formation, avec trois nouveaux métiers comprenant des équipements et matériels didactiques pour la formation en plomberie sanitaire et industrielle ainsi qu’en mécanique industrielle, prouve à suffisance que ce projet a été bénéfique pour cette institution de préparation professionnelle, a souligné Chantal Rieux, experte AMO à l’issue de la dernière évaluation quelques semaines avant la clôture du projet en septembre.

La direction provinciale de l’INPP s’est dite fière de la plus-value acquis de ce projet en son sein, l’acquisition des matériels, le renforcement des capacités, la création d’une nouvelle filière, les sociétés privées et publiques de Matadi regorgent à ce jour une main d’œuvre spécifique dans la plomberie industrielle.

L’INPP/Matadi a, à ce jour, la capacité de répondre aux besoins locaux exprimés dans les domaines de la plomberie sanitaire, industrielle et mécanique industrielle », a confirmé le directeur provincial Joël Mokomba, tout en précisant que le renforcement des liens avec les acteurs majeurs tels que la FEC, l’ANEP, la REGIDESO, la MIDEMA, GTEC, SPSA COBIL et GA CONSTRUCT ainsi que la réfection des installations des hôtels et autres sociétés qui utilisent des conduites hydrauliques font partie des impacts externes du projet Fonds d’innovation.

Accompagnement et partenariat dans la mise en œuvre du projet

La mise en œuvre du projet a connu l’accompagnement de l’équipe de l’AMO sur le pilotage, l’encadrement et appui pédagogique du directeur provincial, de *l’adjoint* technique, l’équipe local du projet constituée notamment des agents de l’INPP/Matadi et d’autres experts extérieurs, l’accompagnement sur les procédures de passation des marchés et sur le contrôle budgétaire de la FEC et l’ANEP étant membres du Comité technique local de suivi (CTLS) du projet.

Défis et contraintes du projet

L’INPP/Matadi devait relever les défis après avoir gagné cette offre selon son directeur provincial qui a avoué qu’il fallait à tout prix intégrer les recommandations pertinentes de l’AMO, élargir le champ du public cible conformément aux prévisions du narratif.

Face à la crise sanitaire mondiale due à la covid-19, l’équipe du projet a suspendu durant cinq mois les activités, impactant sur la fin du projet prévu en avril, l’équipe devait atteindre des objectifs quantitatifs des candidats à former conformément au narratif enfin pérenniser les acquis du projet après la subvention de celui-ci en formant la population de Matadi.

Acquis du projet

 Le projet Fonds d’innovation a permis à l’INPP/Matadi d’acquérir des capacités d’écriture des référentiels et des modèles de formation pour un métier supplémentaire( mécanicien industriel) non prévu par le projet mais qui s’est imposé lors des études préalables, la création d’une nouvelle filière non existante dans la ville portuaire répondant à un besoin identifié au début, l’aménagement d’un espace de travail pour les travaux pratiques en plomberie sanitaire, l’acquisition des matériels et « équipements » pour la formation en plomberie sanitaire industrielle et mécanique industrielle ainsi que le renforcement des capacités techniques des formateurs en plomberie sanitaire, industrielle et mécanique industrielle de la direction provinciale.

Beaucoup de stagiaires ont été formés sur la nouvelle filière et l’institution a gagné en termes de mains d’œuvres internes afin de répondre à l’accroissement de demandes de formation dans les métiers.

Financement du projet Fonds d’innovation

Ce projet a bénéficié d’une subvention de 150.000 euros de l’Agence française de développement (AFD) représentant 90% du budget et le 10% à supporter par l’entité porteuse à raison de 5% en numéraire et 5% en valorisation du travail.

La mise en œuvre du projet a été découpée en 5 phases, entre autres le suivi administratif et financier, la création de la solution innovante, l’expérimentation et la mise en œuvre du projet, le suivi et évaluation des impacts, la diffusion et l’évaluation des résultats, a noté le directeur provincial l’INPP/Kongo Central. ACP /Fng/Zng/Awa/NKV/MNI