Nécessité pour les malentendants de créer leur propre structure

0
433

Kinshasa, 25 septembre 2020 (ACP).- Le coordonnateur national de l’ONG « Accès à la santé et la justice pour sourd » (ASJS), Christ Malanda Panzu a appelé, mercredi au cours d’un atelier organisé dans la commune de Lemba, les malentendants à se réunir afin de créer leur propre structure, en marge de la célébration de la Journée internationale des langues et des signes, célébrée le 21 septembre de chaque année.

Selon M. Malanda, cette journée dédiée depuis 2017 en faveur des sourds et malentendants, a pour but de promouvoir l’identité linguistique de la communauté des sourds, en sensibilisant l’opinion publique à son importance.« Il est très important pour cette communauté de se rassembler afin de créer leur propre structure, l’ASJS accompagne cette vision pour les aider à mieux s’en sortir dans leurs difficultés quotidiennes», a-t-il souligné. Le coordonnateur national a appelé le gouvernement à adopter la langue des signes comme une langue officielle, car avec le signe, on peut se communiquer à distance, avant de plaider pour la vulgarisation des messages portants sur l’épanouissement et les droits des malentendants à travers des activités culturelles, des émissions avec des sourds, etc.

M. Malanda a promis l’organisation d’une formation accélérée de trois mois à partir d’octobre prochain, en vue d’avoir 50 interprètes accompagnés d’un juriste et d’un médecin, soulignant que sa structure accompagne les sourds dans plusieurs domaines particulièrement dans le domaine de la santé.Du coté des malentendants, ils ont relevé la grande difficulté éprouvée telle que celle de communiquer, car nombreux d’entre eux manquent d’interprètes à leur disposition.Me Ordy Eale, un des orateurs, a pour sa part invité les sourds à ne pas se lasser de leur situation mais plutôt d’emboiter les pas à l’apprentissage pour contribuer au développement de la langue des signes.

De son  coté, le Dr  Erick Mutombo a plaidé pour la prise en charge sanitaire des sourds par l’Etat, par la création des centres de formation pouvant les faciliter à apprendre un métier. ACP/Kayu/GMC/HMM/MTP