Renforcement des capacités des étudiants et organisations des femmes sur le plan d’action 1325

0
230

Kinshasa, 25 septembre 2020 (ACP).- La directrice exécutive de la structure «  Les anges du ciel », Philomène Mukendi  a organisé jeudi en la salle Marie Ange Lukiana, au secrétariat général du ministère du Genre, famille et enfant, une activité autour du renforcement des capacités des étudiants et organisations des femmes sur le plan d’action 1325 et celui de Beijing +25 avec l’appui financier de « Urgent Action Fund Africa ».

Mme Mukendi a défini dans son exposé la violence basée sur le genre(VBG) comme une forme de violence dirigée spécifiquement contre un homme ou une femme, du fait de son sexe ou qui affecte les hommes et les femmes de façon disproportionnée.Les causes des VBG, a-t-elle précisé, sont liées pour la plupart aux coutumes, aux traditions et aux mœurs ainsi qu’aux pratiques sociales dans la vie domestique, à la faible scolarisation et à l’ignorance par les femmes de leurs droits.

Pour cette actrice sociale, les conflits armés et autres qui ont marqué notre pays, la RDC figurent également au nombre de ces abominations.S’agissant des causes récentes relatives à la majorité des cas de violences sexuelles, il est établi que les viols, les mutilations et l’esclavagisme sexuel aussi bien que les grossesses forcées ont été utilisés comme armes de guerre dans des milieux caractérisés par des conflits des hommes en uniforme, a-t-elle fait remarquer, soulignant que leur impact sur la société congolaise est énorme.

Les enfants hors zones de conflit deviennent de plus en plus des cibles privilégiés de viol et les cas d’inceste prennent des dimensions inquiétantes, a poursuivi Mme Mukendi.Pour lutter contre les VBG et les violences sexuelles basées sur le genre (VSBG), elle a proposé à l’Etat congolais: La rechercher la paix et la promotion de la démocratie par les dialogues internes et externes, le renforcement certains textes juridiques notamment la Constitution de la République de 2006, la loi sur les violences sexuelles accompagnée de la prise en charge des victimes par lui.

Elle a cité, dans cette perspective, la loi sur les personnes vivant avec le VIH et le sida ainsi que celle portant protection des droits de l’enfance et la promotion des programmes d’encadrement des populations (PNLS, PMS, VIH/Sida) et celui de lutte contre l’impunité de même que l’adoption, la vulgarisation et la budgétisation du Plan d’action nationale (PAN) 1325 de la deuxième génération et du plan de Beijing +25.

Concernant les organisations des droits de femmes, Mme Mukendi leur a exhorté de contribuer à renforcer les capacités des femmes et des filles sur les connaissances de leurs droits, de dénoncer les cas de VSBG et autres pratiques dégradantes perpétrées contre la femme en général et de mettre en place des systèmes d’alerte précoce pour prévenir les cas de VSBG en milieux communautaire et universitaire.ACP/Kayu