Le Mali en attente de son Premier Ministre civil   de transition

0
80

Kinshasa 27 Septembre 2020 (ACP).- Après la cérémonie de prestation de serment vendredi du président de transition Bah N’Daw , le Mali attend toujours la désignation de son Premier ministre civil, la condition sine qua non fixée par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao) en vue notamment de la levée des mesures de restriction, ont annoncé des sources proche de cet organisme reprises dimanche  par des médias internationaux. Pendant que les consultations poursuivent leurs cours à cet effet, on signale que ce poste de Premier ministre de transition est très convoité. Rien que dans les rangs du M5, le mouvement de contestation qui a contribué à la chute du président IBK, on compte 14 candidats déclarés, dont une femme.

Jusque-là, les membres de ce regroupement politique n’ont pu s’entendre sur le nom d’un candidat de consensus. On rapporte à ce sujet qu’un responsable du M5 se serait rendu à Kati, fief de la junte, pour remettre tous les dossiers de candidature. L’opinion s’interroge sur le pourquoi  du dépôt des dossiers à Kati, alors que c’est le président de transition Bah N’Daw qui est censé nommer le futur Premier ministre et qui se trouve à Bamako. A cette question, nombreux sont ceux qui estiment que la junte demeurerait pour le moment «incontournable».

On compte également des candidats en dehors du M5 convoitant la future primature malienne. Notamment  des financiers, banquier et même  ancien ministre des Affaires étrangères. Non seulement la CEDEAO mais aussi et surtout les Maliens attendent impatiemment le nom du futur chef du gouvernement   qui conduira à la levée de l’embargo qui pèse depuis sur le Mali. ACP/CL/Fmb