12 millions USD du gouvernement congolais à l’UNICEF pour lutter contre la malnutrition au Kwango et à la Tshuapa

0
405

Kenge, 29 Septembre 2020 (ACP).- Le gouvernement congolais, à travers son Projet de développement du système de santé (PDSS), a apporté un appui à l’UNICEF pour financer, à auteur de 12 millions de dollars américains, le projet «Nutrition à assise communautaire» (NAC) en vue de lutter contre la malnutrition chronique dans les provinces du Kwango et de la Tshuapa pour une durée de deux ans, a indiqué, mardi à l’ACP, le chef du Bureau UNICEF pour la Zone Ouest (Kinshasa, Kongo Central et Grand Bandundu), M. Damien Ndakanwa.

Le choix de l’UNICEF par le gouvernement pour la mise en œuvre de ce projet de grande envergure dans ces deux provinces, a-t-il dit, est consécutif à l’expérience avérée de cette agence des Nations Unies en matière de lutte contre  la malnutrition chronique.

C’est aussi à cause du  plaidoyer mené par l’UNICEF auprès de la Banque Mondiale que ces fonds ont été mobilisés. Les bénéficiaires de ce projet (population cible) sont surtout les enfants  de moins de 5 ans et les femmes.

Dans la mise en œuvre de ce projet, l’UNICEF travaillera, selon la même source, avec cinq (5) ONG dont trois sont internationales et deux autres nationales. Il s’agit de «Médecins d’Afrique «MDA», MAGNA, Caritas International Belgique, Caritas Congo ASBL et FONLIV.

Objectif du projet «NAC» dans le Kwango

La prévalence de la malnutrition chronique de 54,6% au Kwango étant l’une des plus élevées en RDC, car elle dépasse le seuil critique de 40% fixé par l’OMS, le projet «NAC» vise à réduire cette prévalence à au moins 52% sur les deux ans, a dit le chef du Bureau UNICEF Zone Ouest, Damien Ndakanwa.

Pour y parvenir, a-t-il indiqué, l’UNICEF et ses partenaires ont développé des stratégies visant à réduire significativement le nombre d’enfants ayant un retard de croissance en RDC en général, et dans la province du Kwango en particulier. Il s’agit notamment de la mise sur pied du cadre institutionnel pour une action multi acteurs et multisectorielle.

C’est aussi la promotion des interventions à haut impact prouvées efficaces et peu couteuses, dont l’allaitement matériel optimal, l’alimentation de complément et les pratiques améliorées d’hygiène et d’assainissement durant les 1000 premiers jours de vie de l’enfant qui commence de la grossesse au deuxième anniversaire de l’enfant.

La NAC et ses multiples avantages

La Nutrition à assisse communautaire (NAC) est une approche, selon l’UNICEF et ses partenaires, qui permet la prise de conscience et la responsabilisation de la communauté dans la gestion des problèmes de nutrition.

Elle est constituée d’un ensemble d’actions visant à prévenir les diverses formes de malnutrition dans la communauté. La NAC, précise-t-on, se fonde sur les structures, la participation et l’appropriation communautaire des pratiques adéquates de l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE) et les autres pratiques familiales essentielles (PFE). Elle met un accent particulier sur la fenêtre d’opportunités des 1000 premiers jours, période allant de la conception (grossesse) à la naissance jusqu’à l’âge de 2 ans. ACP /Fng/Fmb/GGK