0
7566

Mbanza-Ngungu, 30 Septembre 2020 (ACP).- Le chef de division unique des Cataractes, Samuel Masumu Ntotila, a, au nom du gouverneur de province, procédé mardi à Mbanza-Ngungu, au lancement officiel de la campagne de vaccination des espèces canines, notamment les chiens et chats, contre la rage sur toute l’étendue de l’ex-district des Cataractes, en marge de la journée mondiale de lutte contre la rage.

Il a invité les propriétaires des espèces canines à les faire vacciner pour répondre à l’appel civique de l’Etat en vue de se sécuriser et sécuriser les autres.

Selon l’inspecteur de pêche et élevage à la division unique des Cataractes, le Dr Pierre Mbombolo, entre 3 et 5 cas de morsures de chiens sont enregistrés chaque semaine, ce qui pour une année va rapporter pas moins de 200 cas parmi lesquels autant de morts.

Cette situation particulière du territoire de Mbanza-Ngungu, a-t-il souligné, devrait donner matière à réflexion aux autorités politico-administratives et sanitaires.

L’inspecteur Mbombolo, qui a noté que son service essaye de combattre ce mal pour sauver des vies humaines, a toutefois reconnu que seuls en tant qu’agents de santé publique humaine et animale il ne peut gagner ce combat qui a besoin de tous les acteurs sociaux, les pouvoirs publics, les forces de l’ordre, les hôpitaux, les écoles, les églises et la population tout entière.

La vaccination antirabique est une modalité de lutte et une composante parmi d’autres mais il faut aller sur un autre palier qui est la lutte contre la divagation des bêtes, notamment chiens et autres animaux, a-t-il conclu.

Matadi : 700 chiens à vacciner

Le maire de Matadi, Pathy Nzuzi wa Makengedi, a  également lancé une campagne de vaccination contre la rage canine dans sa juridiction, où plusieurs sites ont été retenus pour la vaccination des bêtes domestiques vecteurs de cette maladie, les statistiques ayant affiché un total de 700 chiens à vacciner, en marge de la journée mondiale de lutte contre la rage.

Le chef de bureau provincial de lutte contre les maladies animales, le Dr Didier Muanangombe, responsable du site Soyo 3 a appelé les propriétaires des animaux à la conscience et la bonne prise en charge de leurs bêtes en les vaccinant une fois par an contre la rage afin de se protéger et protéger les autres.

 « Un chien enragé devient agressif et incontrôlable et constitue un danger permanent dans l’environnement où il est élevé même pour les habitants lointains, car il errera ici et là « , a expliqué le Dr Muanangombe aux maîtres des chiens présents à son site de vaccination avant de déplorer la timidité avec laquelle cette opération a débuté.

Le secteur de la santé animale dans le Kongo Central, précisément à Matadi présente un déficit en moyens financiers et matériels qui devraient provenir de l’Etat, a noté le vétérinaire de Matadi qui a reconnu que la mairie n’est pas en mesure de couvrir suffisamment la vaccination contre la rage, la ville, avec ses 700 chiens répertoriés, n’ayant reçu que 240 doses de vaccin.

Lancement de la campagne de vaccination  à Boma

A Boma où la même campagne a été lancée, l’inspecteur urbain de la pèche et élevage, Honoré Kalusevico, a appelé la population détentrice de chiens, chats ou de singes à les protéger contre la rage canine en profitant de cette campagne de vaccination organisée dans l’enceinte de l’abattoir public à Boma.

Le coût du vaccin anti rabique a été fixé à 6.000 FC  et ira du 28 septembre 2020 au 10 octobre 2020,  a précisé l’inspecteur urbain de la pèche et élevage à Boma. ACP/Kayu/ODM/KJI/GGK