Haut Katanga : le maire de Lubumbashi invité  à sursoir l’arrêté instituant la taxe du péage urbain

0
516

Lubumbashi, 01 Octobre 2020 (ACP).- Le président de l’Assemblée provinciale du Haut Katanga, Freddy Kashoba Luby Kibwe, a invité mercredi le maire de Lubumbashi, Ghislain Robert Lubaba Buluma, de sursoir l’application de l’arrêté instituant la taxe du péage urbain.

Freddy Kashoba Luby Kibwe, qui a lancé cette invitation   à l’ouverture de la session budgétaire de septembre 2020  à Lubumbashi, a relevé que la conjoncture actuelle due aux méfaits de la COVID-19 et bien d’autres problèmes vécus ce dernier temps à Lubumbashi, ne permet pas l’institution de cet arrêté.

Dénonciation  de la  FEC

La Fédération des entreprises du Congo, (FEC) pour le Haut Katanga, dénonce l’institution par le maire de Lubumbashi, du péage urbain sur routes non classifiées comme d’intérêt urbain mais menant uniquement vers les entreprises installées dans la ville de Lubumbashi.

Dans une lettre officielle adressée à l’autorité urbaine, dont une copie est parvenue jeudi à l’ACP, les opérateurs économiques sont surpris de constater que  la mairie de Lubumbashi a érigé des barrières sur les avenues Kiwele, Usoke, Kigoma et Nyembo dans la commune de Kampemba et sur certaines routes privées qui mènent dans les entreprises.

La FEC/Haut Katanga, rappelle qu’elle avait saisi le maire pour l’informer du risque de cette approche et des conséquences sur le trafic non seulement dans les villes de Lubumbashi, mais aussi dans toutes les autres villes de la province en cas de réciprocité.

Elle  fustige le fait que  cette démarche vient entraver la circulation des biens et des personnes sur ces tronçons, occasionnant ainsi des embouteillages ; une insécurité pour les chauffeurs et leurs cargaisons.

Elle signale que les véhicules à l’import, sont soumis à un péage au départ de Kasumbalesa jusqu’à destination (Lubumbashi). Ces charrois automobiles doivent être soumis à un autre péage pour accéder dans les dans les entrepôts, précise-t-elle.

A cet effet, la FEC/Haut Katanga, sollicite une ultime séance de travail de clarification à laquelle seraient associés les services techniques du ministère des infrastructures et travaux publics, de l’office de routes, de l’office de voiries et drainage ainsi que la police de circulation routière. ACP/Fng/Zng/Awa/NKV/MNI