La population de la N’sele sensibilisée sur des méthodes contraceptives et les dispositifs du protocole de Maputo

0
275

Kinshasa, 01 Octobre 2020 ( ACP).- La Coalition de lutte contre les grossesses non désirées ( CGND) a sensibilisé mercredi la population du quartier Kimbondo dans la commune de la N’sele sur les méthodes contraceptives et les dispositifs du protocole de Maputo en matière de droit à l’avortement médicalisé en marge de la journée internationale de la dépénalisation de l’avortement célébrée le 28 septembre de chaque année.

Cette activité s’inscrit dans le cadre d’une sensibilisation communautaire sur le droit des femmes et des jeunes filles en matière de l’avortement médicalisé axée sur le thème “ Oui, les femmes et les filles peuvent autogérer leur santé sexuelle et reproductive y compris l’avortement par la télé médecine “, tel qu’indique l’article 14 alinéa 2 point c du protocole de Maputo.

Ce protocole auquel la RDC a adhéré en 2008 et publié dans le journal officiel en 2018, précise que les femmes ont le droit d’accéder à l’avortement médicalisé pour des grossesses issues d’agression sexuelle, de viol , d’inceste  et lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou du fœtus.

C’est la raison pour laquelle , la CGND a ciblé les animateurs communautaires de la zone de santé, les associations des personnes vivant avec handicap, les prestataires des soins , les associations des hommes et des femmes , des chefs des établissements scolaires et les enseignants, les leaders politico – administratifs, les leaders religieux pour sensibiliser sur les dispositifs du protocole de Maputo et le processus menant à l’évolution du contexte légal en matière de santé sexuelle et reproductive en RDC.

Selon Mme Mimy Mopunga, point focal de la coalition de lutte contre les grossesses non désirées pour le compte du cadre permanent de concertation de la femme congolaise (CAFCO), le bien fondé de cette sensibilisation est d’amener les différents participants à relayer la vraie information sur l’avortement sécurisé dans l’esprit du protocole de Maputo.

Pour sa part, M. Justin Fala, coordonnateur national de l’ONG “ lève-toi et marche “ et coorganisateur de cette activité,  a estimé que c’est dans les communes urbano-rurales qu’il y a beaucoup d avortements et un taux élevé de fécondité non planifiée, d’où la nécessité d’une forte sensibilisation sur les méthodes contraceptives, avant de remercier la coalition pour avoir satisfait à sa demande de former la communauté de la N’sele.

Très satisfait, le chef du quartier Kimbondo,  Willy Likasi a conclu   que beaucoup des jeunes filles tombent enceinte précocement faute des vraies informations pour se protéger des grossesses non désirées. *

ACP /Zng/Fng/Awa