Mobilisation de masse pour réclamer l’instauration d’un tribunal pénal international pour la RDC

0
325

Bukavu, 1er oct. 2020(ACP).- Des forces vives du Sud-Kivu ont participé massivement à une marche pacifique organisée jeudi 1er octobre 2020 à Bukavu, pour réclamer la mise en œuvre effective des recommandations issues du projet Mapping concernant les violations les plus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises en RDC entre 1993 et 2003, à travers l’instauration d’un tribunal pénal international pour la République Démocratique du Congo.

«Le peuple exige la mise en place d’un tribunal pénal international pour le Congo et des chambres mixtes spécialisées», pouvait-on notamment lire sur un des calicots lors de cette manifestation.

Les manifestants venus de différentes couches de la population, hommes, femmes, jeunes et vieux, ont à travers cette marche, plaidé pour la «vérité, justice, réparation et réconciliation».

La manifestation de ce jour a eu lieu dix (10) ans après la publication du Rapport Mapping des Nations-Unies sur les droits de l’homme en République Démocratique du Congo, alors qu’aucune de ces recommandations n’a été mise en œuvre et la liste contenant les noms des auteurs présumés desdites violations est toujours gardée secrète par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme à Genève.

Ce rapport contient, entre autres, des recommandations et autres éléments relatifs aux diverses violations des droits de l’homme commis par différentes parties prenantes aux conflits entre 1993 et 2003 en RDC.

«Aucun crime de guerre contre l’humanité ou génocide ne doit rester impuni», ont repris en solo nombre de manifestants à travers les banderoles et calicots, dénonçant au passage le silence de la communauté internationale depuis la publication dudit rapport.

Mémorandums des forces vives du Sud-Kivu au Président de la République et à l’ONU

Les manifestants, à l’issue de la marche pour réclamer l’instauration d’un tribunal pénal international pour la RDC, ont remis au gouverneur Théo Ngwabidje Kasi, deux mémorandums, l’un adressé au Conseil de sécurité de l’ONU et l’autre au Président de la République.

Dans le premier memorandum, ils demandent la création et la mise en œuvre d’un tribunal pénal international de la RDC, et dans le second adressé au Chef de l’Etat Félix Tshisekedi Tshilombo, ils sollicitent son accompagnement du Rapport Mapping afin que la justice soit faite, après 10 ans de silence, d’impunité sur les crimes commis en RDC.

Ils ont en outre demandé au Chef de l’Etat de respecter ses engagements pris le 24 janvier 2019, dans le cadre de l’établissement d’un Etat de droit qui garantira le bonheur du peuple congolais car le peuple congolais a besoin de la paix.

Pour sa part, le gouverneur Théo Ngwabidje Kasi, en réceptionnant le mémorandum adressé au Chef de l’Etat, a encouragé tous les manifestants qui ont compris l’objectif de cette marche pacifique et a promis de transmettre le rapport à l’autorité suprême. ACP/Fng/Zng/Awa/NKV/MNI