Ouverture de la session ordinaire du Conseil économique et social

0
476

Kinshasa, 02 octobre 2020 (ACP).-Le président du Conseil économique et social, Jean Pierre Kiwakana Kimayala a ouvert jeudi dans la salle de Congrès du Palais du Peuple, la session ordinaire de cette institution, en présence des membres des deux chambres du Parlement, du Gouvernement et de différentes autorités politiques, administratives, militaires et policières du Pays, ainsi que des diplomates accrédités en RDC.

Dans son mot d’ouverture, le président du Conseil économique et social, tout en reconnaissant des moments de joie, de tristesse et de colère qu’a connus ce pays, la situation économique inquiétante qu’elle a traversée l’aidera à l’avenir.

D’après  Jean Pierre Kiwakana Kimayala les fondamentaux de la dette économique de la RDC ne lui permet pas de prétendre actuellement à l’émergence eu égard aux nombreux défis, notamment économique, sécuritaire et sanitaire.

Il a déploré les querelles de la classe politique qui paralysent les institutions du pays et mettent en danger la vie des 80 millions d’habitant.

« Les institutions du pays constituent le socle de la République. Les fragiliser serait un danger pour la République. Une bonne politique engendre une bonne économie », a-t-il martelé. 

Parlant de la COVID-19, le président du Conseil économique et social a affirmé que les conséquences de cette pandémie ne tarderont pas à se manifester sur l’économie du pays et les échanges commerciaux. « D’où la refondation de l’Etat s’impose pour sauvegarder l’âme de la nation », a-t-il souligné.

Pour lui, a-t-il dit, le problème de ce pays ne réside pas sur sa démographie contrairement à certaines théories, il réside plutôt au niveau de la gouvernance qui peut offrir une vie meilleure. Pour y parvenir, beaucoup de recettes ont été testées  par la relance de l’agriculture sans résultat probable, avant d’ajouter que la commission de l’agriculture de son institution se penche de nouveau à cette problématique. ACP/Kayu