Vers la création en RDC d’un Fonds national d’entretien des voies fluviales et navigables

0
465

Kinshasa, 02 octobre 2020 (ACP).- Les experts du secteur fluvial ont convenu vendredi, de la mise sur pied en RDC d’un « Fonds national d’entretien des voies fluviales et navigables », en présence du conseiller spécial du Chef de l’Etat à l’Environnement et développement durable, le Pr Dieudonné Musibono, lors d’une séance de réflexion en la matière organisée à Kinshasa par l’Agence congolaise de la transition écologique et du développement durable (ACTEDD).

Ils ont également mis sur pied une Commission pour rassembler les travaux existant sur la matière et proposer un texte cohérent à soumettre à la prochaine réunion de réflexion autour de la définition des missions et du champ de ce Fonds.

Les experts ont capitalisé et donné leurs avis techniques sur les opportunités liées à la relance de l’agriculture, au développement des milieux ruraux, à l’économie congolaise, au désenclavement des villages, au rapprochement des villes, au centre de consommation et de production des produits agricoles etc.

Les experts de FONER, de la Régie des voies fluviales  (RVF), de Fonds forestier national (FFN) et de la Coordination nationale-REDD, des différents ministères sectoriels, les professeurs d’universités et autres, ont pris part à cette séance de travail.

L’ACTEDD est un engagement du Chef de l’Etat à répondre aux mécanismes de développement durable

Selon le Conseiller spécial du Chef de l’Etat chargé de l’Environnement et développement durable et délégué du Chef de l’Etat au Comité de pilotage de l’ACTEDD, le Pr Dieudonné Musibono, la création de l’ACTEDD est un engagement du Chef de l’Etat à répondre aux mécanismes de développement durable de la RDC.

Il a rappelé le Programme commun d’investissements de transition écologique et de développement durable élaboré  par l’ACTEDD et ses partenaires, le Fonds forestier national et la Coordination nationale REDD pour ces mécanismes.

L’objectif de ce Programme, a-t-il dit, est d’assurer la transition écologique des systèmes de production, de transformation et de consommation en vue d’une croissance économique verte, soutenue et inclusive en RDC.

Il a également souligné le volet de développement agricole et  développement rural socio-économique décarboné en RDC de ce programme commun qui prévoit  de transformer plus de 290.000 hectares des savanes et terres dégradées en plantations agro forestières d’ici 2025, de réhabiliter près de 56.000 km de route de desserte agricole et plus de 11.000 km de voies fluviales, et de créer 52 pools agro-industriels décentralisés à travers les 26 provinces de la RDC.

L’objectif poursuivi ici, a déclaré le conseiller spécial du Chef de l’Etat, est d’assurer la sécurité alimentaire de plus de 75 % des Congolais d’ici 2030, tout en réduisant significativement les importations alimentaires.

En réponse à l’initiative présidentielle de planter 1 milliard d’arbres, le Programme prévoit dans son volet reconstitution du couvert végétal et valorisation des produits forestiers ligneux et non ligneux, de réaliser le reboisement sur plus de 8 millions d’hectares en vue d’augmenter la capacité de séquestration de carbone des écosystèmes forestiers de la RDC et de contribuer à l’amélioration de la résilience des communautés locales.

Vers la création de 145 jardins botaniques communautaires et 26.000 jardins botaniques scolaires


Le coordonnateur adjoint de l’ACTEDD, le Pr Jean de Dieu Minengu a,  par ailleurs, indiqué que le Programme commun d’investissements envisage de créer sur le plan de la conservation de la biodiversité et des services éco systémiques en RDC, 145 jardins botaniques communautaires ainsi que plus de 26.000 jardins botaniques scolaires conformément à l’engagement pris par  le Président de la République.

En rapport avec l’accessibilité à l’électricité, le Programme commun d’investissements de transition écologique et de développement durable envisage de faire la promotion des énergies renouvelables notamment, l’hydroélectricité, le solaire, l’éolienne, etc.

Le  Programme prévoit également l’installation des champs photovoltaïques (Panneaux solaires) pour l’électrification de plus de 26.000 écoles primaires sur toute l’étendue de la RDC d’ici 2030.

Il sera aussi question dans ce Programme, de développer des villes durables et des éco villages, etc. Ce Programme sera présenté mercredi prochain à la communauté universitaire à l’Université de Kinshasa (UNIKIN), rappelle-t-on. ACP/Ngayama