La RDC revendique la propriété de douze(12) lingots d’or saisis à Mavivi  après le meurtre d’un sujet chinois en Ituri

0
512

Bunia, 06 Oct. 2020(ACP).- La République démocratique du Congo a estimé lundi, devant  la Haute cour militaire siégeant en chambre foraine à Bunia en matière répressive au degré d’appel, être le vrai propriétaire de douze (12) lingots d’or saisis par la justice  après  le meurtre d’un sujet chinois et de son garde-corps.

 A cette occasion, les avocats de la République ont démontré à la Haute cour militaire que la société Chinoise Xin Ding Yuan, à travers la coopérative minière Kinama, qui prétend être propriétaire de ces lengots d’or n’est pas  reconnue par les services spécialisés notamment la division provinciale de Mines et qu’elle se livrait de manière illicite  à l’exploitation de  cet or  qu’elle tentait  exporter  frauduleusement,  avant que les services de sécurité  ne saisissent  ces douze(12) lingots  au niveau de la localité de Mavivi  dans la province  du Nord-Kivu en date du 19 Juillet 2019.

Ils ont également souligné devant  la Haute cour militaire qu’il n’existe aucune trace qui atteste que la société chinoise  Xin Ding Yuan  via  la  coopérative Kinama  vendait les produits de son exploitation à un comptoir agréé conformément au code minier.

Intervention de SOKIMO

Au cours de la même audience, le directeur- représentant en Ituri de la Société minière de Kilo-moto (SOKIMO),Malo Malobi a dans une déposition à charge de  la coopérative Kinama, a édifié la Haute cour militaire sur les circonstances de la signature du contrat entre cette coopérative minière et sa société pour l’exploitation de l’or dans la  concession de cette entreprise publique à Nyankunde, village  situé à près de 45km de la ville de Bunia.

Il a expliqué qu’au terme de ce contrat, la coopérative avait l’obligation de verser à la SOKIMO par mois 30% de sa production mais cette coopérative a fait recours à la société Xin Ding Yuan à son insu et en toute illégalité pour une exploitation semi industrielle, pourtant, a-t-il dit, celle-ci a prétendu avoir la capacité technique et financière pour faire de l’ exploitation dans la concession de la SOKIMO.

Opacité de Xin Ding Yuan

Pour sa part, le délégué de la Division provinciale de Mines a décrié l’opacité qui entourait l’exploitation  de l’or  par la société Xin Ding Yuan. Il fait savoir  que cette entreprise chinoise, qui n’était pas  en ordre  avec  différents services étatiques du secteur minier,  empêchait aux agents spécialisés de l’État notamment ceux de la division provinciale de Mines d’accéder  dans  son site d’exploitation.

De  leur  côté, les avocats de la société Chinoise Xin Ding Yuan ont revendiqué la propriété de ces lingots d’or du fait qu’il provenait  du  site d’exploitation de leur client qui prétend détenir tous les documents nécessaires lui permettant d’œuvrer  en RDC et précisément   dans  la province de l’Ituri. L’audience de ce  mardi  sera consacrée à la plaidoirie de toutes les parties au procès.

Dans son verdict prononcé, le 16 Juillet 2019 au premier degré, la Cour militaire de l’ex province orientale siégeant en chambre foraine à Bunia avait ordonné la saisie de douze(12) lingots d’or au profit du trésor public dans le dossier du meurtre de un sujet Chinois et son garde du corps, souligne-t-on. ACP/Fng/Zng/May/THD