Ouverture de l’atelier résidentiel sur la  Revue globale du processus de la réforme de l’Administration publique

0
563

Kinshasa, 12 oct. 2020 (ACP).- Le vice-Premier ministre, ministre des Infrastructures et travaux publics, Willy Ngoopos Sunzhel, représentant le Premier ministre a procédé, lundi, à Kinshasa, à l’ouverture de l’atelier résidentiel sur la « Revue globale du processus de la réforme et de modernisation de l’Administration publique » en vue de dégager les forces et faiblesses enregistrées à ce jour et actualiser éventuellement son cadre référentiel.

Selon le vice-Premier ministre  Willy Ngoopos, cet atelier a pour objectifs d’identifier les forces et les faiblesses de l’environnement dans lequel se trouve la réforme de l’administration publique, proposer des ajustements et disfonctionnement constatés et d’identifier le projet unificateur pertinent de cinq  années.

Ces assises, a-t-il ajouté, se tiennent à un moment décisif où l’économie nationale, secouée par la pandémie à COVD-19, a besoin d’être relancée en s’appuyant notamment sur une administration publique  vigoureuse et davantage efficace dans la perspective de  l’atteinte des objectifs du plan national stratégique de développement.

Pour lui, la révision de ce cadre de réforme de l’administration permettra  à la RDC de réaffirmer sa vision  en vue de disposer d’un outil de pilotage stratégique et au ministère de la Fonction publique d’actualiser et d’adopter une nouvelle feuille de route dans la conduite des opérations quotidienne.

Willy Ngoopos a fait savoir que la présente revue est également une occasion pour les parties prenantes de s’approprier la méthode d’évaluation et de la performance par des valeurs acquises tout en estimant qu’il est un système de gestion qui combine la participation de l’expertise nationale à l’échéance de réalisation des résultats et de réduction.

La recherche de la performance exige aux participants d’identifier leurs efforts dans la mise en œuvre des reformes en vue de consolider les bases  du développement de la RDC, a-t-il dit, affirmant que dans cet esprit de la performance et de l’efficience, le gouvernement s’est engagé dans plusieurs reformes  dans divers secteurs de la vie  nationale notamment l’Armée, la Justice, les finances et la Santé.

Il a enfin salué les efforts consentis par le ministère de la Fonction publique en tant qu’autorité de tutelle de la cellule du projet, exécuté par les partenaires techniques et financiers et les membres du Comité de pilotage et de coordination de la réforme dans les 5 ministères ainsi qu’à tous les correspondants  thématiques.

Willy Ngoopos  s’est dit convaincu que les partenaires  ne ménageront    aucun effort pour poursuivre le soutien du gouvernement pour le succès de ces futures réformes.

Le ministre de la Fonction publique, Yollande Ebongo Bosongo, a exprimé sa reconnaissance à tous les partenaires notamment la Banque mondiale, la France et la Banque africaine de développements (BAD)  qui ont accompagné ce processus depuis son début. Car, a ajouté le ministre Ebongo, sans leur appui, l’administration publique ne pouvait enregistrer ces quelques avancées dans la réforme de l’Administration publique, comme bras séculier de l’Etat pour le développement économique et social du pays.

Mme Ebongo a relevé quelques préoccupations du gouvernement notamment le révisitation de la cartographie des besoins et attentes contenus dans le cadre stratégique général de la réforme et modernisation de l’administration publique sur la RDC soulignant que ces thématiques expriment la détermination du gouvernement à faire avancer l’agenda  de la réforme.

Elle a affirmé que cet atelier permettra l’identification de meilleurs projets devant assurer la force motrice vers « une administration publique d’excellence ouverte et de proximité de la bonne gouvernance et au développement local ».

Elle a exhorté les participants à travailler plus efficacement et prendre effectivement appui sur l’administration réelle en écartant les écrans, les doublons et autres artifices de gouvernance de circonstance.

Soutien de la France à la reforme

L’ambassadeur de  France en RDC,  François Pujolas,  a promis le soutien de son pays à  ce processus tout en encourageant le ministre de la Fonction publique pour son appui à la préparation des concours des jeunes femmes qui constituent  6% à ce ministère pour devenir des hauts cadres à la fonction publique.

Il a loué les efforts réalisés par son pays dans le cadre du processus  de la réforme et de modernisation de l’administration publique qui a permis la mise en place d’un fichier de référence de la Fonction publique et la promotion des nouvelles technologies comme outil de gouvernance capable d’amélioration de la qualité des services notamment par la mise sur pied de l’interconnexion des régies financières et la modernisation des ressources humaines.

Le ministre d’Etat Nene Nkulu, le ministre en charge des Relations avec le Parlement  Déo Nkusu,  celui de l’Industrie Julien Paluku et le ministre délégué aux Affaires sociales chargé des personnes vivant avec Handicap, Mme Irène Esambo et le représentant de la Banque Mondiale  en RDC ont rehaussé leur présence à cette cérémonie. ACP/Kayu/ODM/Nig/May.