Tshopo : les syndicats des écoles  protestantes déclenchent une grève illimitée dans les écoles

0
412

Kisangani, le 15 octobre 2020 (ACP).- les syndicats des écoles protestantes  de la  province de la Tshopo, ont, à l’issue d’une assemblée générale tenue mercredi, déclenché une grève pour revendiquer la prise en charge salariale par l’Etat des nouvelles unités  dans des écoles conventionnées protestantes de la province.

Le président provincial du collectif de ces   syndicats, Gabriel Apama, a aussi déploré  le fait  les zones salariales ne sont pas encore supprimer  dans les écoles protestantes qui du reste ne  ne reçoivent pas les frais de fonctionnement, avant de souligner  que   le réseau des écoles protestantes n’acceptera plus la perception de frais de motivation des enseignants (la prime) payés par les parents d’élèves.

Les enseignants des écoles protestantes  conditionnent la reprise de travail qu’après la satisfaction de leurs revendications par le gouvernement  de la République.

Une   rentrée scolaire  timide dans les écoles publiques  de  Kisangani

Suite à cette grève,   la rentrée de classe a été timide dans   des écoles publiques et officielles de Kisangani, chef-lieu de la province de la Tshopo.

Si les enseignants sont restés chez-eux pour réclamer l’amélioration de leur enveloppe salariale et le payement de nouvelles unités tant du primaire que secondaire, les parents d’élèves quant en eux attendent voir au préalable la présence des enseignants à leurs postes de travail en vue d’être rassuré de l’encadrement de leurs enfants, a signifieé un chef d’établissement qui a requis l’anonymat.

 De côté,  le préfet des études de l’institut scientifique de Kisangani,  Mulenga Okeko estime que cette léthargie dans la reprise des activités scolaires pour cette année 2020-2021, peut s’expliquer aussi par l’arrivée tardive du calendrier scolaire, comparativement aux années précédentes.

 «Nous n’avions que quelques jours de préparation et de convocation de la réunion pédagogique» a-t-il expliqué, ajoutant beaucoup de parents de Kisangani se plaignent  de la hausse  coût de la vie, qui retarde  le paiement des frais d’inscription et de confirmation des enfants  dans  des écoles. ACP/fNG/Awa/Mni