Les parties prenantes locales appelées à faire du Nord-Kivu, l’une des destinations les plus désirées en RDC

0
93

Goma, 16 octobre 2020(ACP).- La vice-Premier ministre, ministre du Plan,  Elysée Munembwe Tamukumwe, en séjour à Goma dans le cadre d’une mission de vulgarisation des réformes sur le climat des affaires,  a appelé les  membres de deux institutions politiques en provinces, à savoir,  l’Assemblée provinciale, le gouvernement provincial et des délégués des corporations socio-professionnelles à faire de la province du Nord-Kivu, l’une des destinations les plus désirées en République Démocratique du Congo.

La vice-Premier ministre, ministre du Plan, l’a déclaré à l’occasion de l’ouverture vendredi, à l’Hôtel Serena de la ville volcanique, d’un atelier de vulgarisation de la feuille de route générale des réformes sur le climat des affaires et de la matrice des réformes prioritaires et des actions urgentes.

Pour Elysée Munembwe , cette feuille de route qui « matérialise l’engagement du Gouvernement pour l’amélioration de l’environnement des affaires, comporte des engagements clairs et précis.

Tout en invitant notamment à la simplification, à la rationalisation et à la dématérialisation des procédures administratives dans la délivrance des actes publics, elle a fait savoir que « la matérialisation de ladite feuille de route requiert l’implication de toutes les parties prenantes, aussi bien au niveau central que provincial.

« Les Provinces sont donc le maillon fort dans la réussite de la mise en œuvre des réformes », a-elle souligné.

Martelant sur la particularité de la province du Nord-Kivu, influencée par les opérations de commerce extérieur avec les pays voisins de la RDC, la vice-Premier ministre, ministre du Plan a déclaré : « Il nous faut assainir nos postes frontaliers en s’assurant de la présence des seuls services habilités à y prester, rendre notre économie compétitive,  faciliter la pratique des affaires, renforcer la sécurité juridique et judiciaire, assainir notre fiscalité et notre parafiscalité, lutter contre la concurrence déloyale à laquelle nos opérateurs économiques sont contraints, lutter contre le trafic frauduleux des marchandises, trouver une solution aux difficultés d’approvisionnements en intrants pour les industries locales ».

Mais à tout cela, « il faut notamment ajouter la sécurité des biens et des personnes qui constitue une réelle préoccupation », a ajouté Elysée Munembwe.

La vice-Premier ministre, ministre du Plan a également insisté sur le rôle des parties prenantes provinciales dans l’amélioration du climat des affaires, avant de mettre  l’accès sur le rôle particulier de l’Assemblée provinciale dans la proposition des édits qui améliorent l’environnement économique des affaires et des investissements, ainsi que celui du Gouvernement provincial dans la définition et la mise en œuvre de la politique de l’amélioration du climat des affaires au niveau provincial.

«Il s’avère notamment utile que la cellule climat des affaires de la province du Nord-Kivu soit redynamisée et rendue opérationnelle, afin de veiller à ce que l’amélioration du climat des affaires soit une réalité vécue dans le Nord-Kivu », a-t-elle soutenu.

Mme Élysée Munembwe a recommandé à toutes les parties prenantes de s’impliquer dans la sensibilisation des différentes réformes mises initiées par le gouvernement, car l’assainissement de l’environnement des affaires en appelle à la participation des toutes les tendances pour son effectivité.

Le gouverneur du Nord-Kivu engagé à lutter pour l’amélioration du climat des affaires

 Auparavant, le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita, avait formulé son engagement à lutter pour l’amélioration du climat des affaires en luttant contre tous les goulots d’étranglement au processus d’amélioration du climat des affaires dans sa juridiction et cela en partenariat avec le secteur privé pour faire face aux nombreux défis à relever.

Carly Nzanzu s’était également engagé à opérationnaliser, dans sa province, la cellule provinciale  du climat des affaires, structure censée « jouer le rôle de panneau de signalisation  pour toutes les questions qui impliquent le processus d’assainissement de l’environnement du climat des affaires dans le Nord-Kivu ».

Il avait noté l’importance des assises pour le Nord-Kivu où le tissu économique a sensiblement été affecté par la persistance de l’insécurité ainsi que diverses catastrophes naturelles et humaines allusion faite à l’éruption volcanique ainsi que de nombreuses calamités ayant secouée cette partie du pays.

Cet atelier, indique-t-on, s’inscrit dans le cadre d’une série d’activités gouvernementales à travers le ministère du Plan. Il est organisé par l’Agence Nationale pour Promotion des Investissements (ANAPI) avec le concours de la Banque Africaine de Développement (BAD)  dans le cadre de son Projet d’Appui au Développement du Secteur Privé et à la Création de l’Emploi (PADSP-CE).

Il tient à sensibiliser et à vulgariser les réformes opérées dans les perspectives de l’amélioration de l’environnement des affaires avec l’implication des administrations publiques outre le secteur privé.

Outre le président de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu, Robert Seninga Habinshuti, le Directeur général de l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANAPI) ainsi les délégués de différentes corporations des opérateurs économiques, ont pris part à ces assises qui ont pour cadre la salle polyvalente de l’hôtel Serena de Goma. ACP/Kayu/ODM/Nig