Ouverture de la 2ème édition du Forum des culturels en RDC

0
567

Kinshasa, 19 octobre 2020 (ACP).- Le directeur de cabinet adjoint du ministre de la Culture et arts, Ndungi Mambimbi, a procédé, lundi au Musée national de la RDC (MNRDC), à l’ouverture de la 2ème édition du Forum des Culturels, organisé par le Collectif des artistes et des culturels (CAC), en présence de plusieurs personnalités politiques, culturelles, économiques et diplomatiques.

Il a, dans son adresse, indiqué que les questions de la reforme et de la promotion du secteur de la culture et des arts constituent le 15ème pilier du programme du Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour le développement du pays, exécuté par le gouvernement, avant de souligner que celui-ci attend beaucoup des conclusions de ces assises qui vont contribuer à la reforme dudit secteur.

Pour sa part, le coordonnateur du CAC, Paul Ngoy Le Perc, a confié que ces assises  organisées au format d’une biennale visent à réunir autour d’une même table, les opérateurs culturels et les artistes congolais, toutes tendances confondues, les opérateurs économiques et des juristes autour du thème : « Le développement par la culture et les arts, c’est possible ».

Ce thème a été choisi pour amener les participants à réfléchir sur les moyens de faire de leur secteur un moteur de développement économique, au même titre que les secteurs minier, foncier, banquier,  fiscal, etc., a expliqué le coordonnateur du CAC.

Contrairement à la première édition tenue au mois d’août 2018, ayant abouti à la structuration du CAC, cette deuxième édition va réfléchir sur des questions profondes telles que les problèmes socio-économiques de la profession de l’artiste qui doit vivre de ses œuvres, le manque d’une politique durable, le problème de statut d’artiste et des droits d’auteur, de l’identification des sites culturels, ainsi que la question de leur viabilisation.

Proposition de loi portant sauvegarde et protection du patrimoine immatériel en RDC

 Le sénateur Didier Mumengi a, dans son exposé inaugurale du forum centré sur « L’économie de la culture », fait part à l’assistance de son projet de loi portant sauvegarde et protection du patrimoine immatériel produits par les artistes, à examiner au Parlement.

Sa vision, a-t-il déclaré, est d’amener l’Etat à décréter un nouveau paradigme de gestion culturelle, visant à rentabiliser, à sécuriser la production culturelle et à  garantir à leurs auteurs les moyens légaux de jouissance de leurs droits.

Il a pour ce faire, invité l’ensemble des acteurs concernés à se mobiliser pour porter haut l’étendard de la culture congolaise, en préparation de grandes responsabilités qui attendent la RDC au cours de l’année 2021, avec notamment l’accession du pays à la présidence de l’Union africaine.

«La RDC va de ce fait constituer l’épicentre de la culture en Afrique, avec comme mission de booster la culture non seulement comme moyen de conservation de la paix entre nations africaines, mais aussi de rapprochement des peuples vers une pensée commune», a-t-il déclaré.

Parmi les participants à ces assises, l’on dénombre la commissaire provinciale de la culture et arts de la ville de Kinshasa, Yvette Tabu, le directeur général de l’ABA, Henri Kalama, le chanteur Jean Goubald Kalala, l’écrivaine Yollande Elebe et le plasticien Franc Dikisongele. ACP/Kayu/ODM/Nig