Evasion de près de 1300 détenus et prisonniers de la prison centrale de Beni-Kangbayi

0
156

Goma, 20 octobre 2020 (ACP).- Environ 1300 détenus et prisonniers se sont évadés sur les 1447 occupants de la prison centrale de Kangbayi-Beni, à l’aube de ce mardi 20 octobre, ont rapporté des sources pénitentiaires.

Parmi les évadés l’on recense des personnes condamnées pour avoir fait partie des milices et groupes armés impliqués dans les tueries de Beni, notamment les présumés Adf et les Mai Mai, indique la source.

Selon cette source, les assaillants en grand nombre et armés des scies à métaux électriques, des marteaux et d’un générateur, ont investi le périmètre de la prison contraignant ainsi les gardiens à battre retraite.

Ces hors-la-loi se sont ainsi livré à défoncer, casser et forcer les portes métalliques en se servant de leurs outils sans se s’inquiéter. Une fois les portes ouvertes, ils ont fait sortir leurs hommes avant d’appeler ceux qui le désiraient de les suire.

Cent-vingt détenus ont jugé mieux rester en prison en vue de purger leurs peines pour les condamnés et attendre la suite des dossiers pour ceux dont la sentence n’est pas encore prononcée.

Le maire de la ville intérimaire qui est descendu sur le lieu avec dans sa suite les membres du comité urbain de sécurité, a estimé qu’il s’agirait des présumés Adf qui tenaient à tout prix libérer leurs membres aux arrêts dans cette maison correctionnelle.

Pour le président de la Société civile coordination urbaine de Beni, Kizito Bin Hangi, les autorités ainsi que les services de sécurité devront décréter en toute urgence, un couvre-feu suivi d’un bouclage dans la commune Beu en ville de Beni pour dénicher les fugitifs qui doivent être terrés dans des résidences.

Depuis un certain moment, plusieurs rapports de la société civile, de même que  des politiciens en visite ont dénoncé la précarité dans laquelle vivent la population carcérale à Kangbayi notamment la carence des vivres et des médicaments en plus du surnombre, cette prison disposant d’une capacité d’accueil de 350 personnes seulement.

Cette évasion spectaculaire à la prison centrale de Beni-Kangbayi est la seconde après celle survenue en 2017 à l’issue de laquelle plus de 900 détenus avaient pris le large à l’issue d’une attaque armée qui s’était soldée par la mort de onze personnes parmi eux des détenus et des gardiens. ACP/Zng/Awa