Le manque d’hygiène et la promiscuité augmentent le nombre de  tuberculeux dans les prisons en RDC

0
103

Kinshasa, 22 octobre 2020 (ACP).- Le directeur du Programme national de lutte  contre la tuberculose (PNLT), le Dr Michel Kasawa a indiqué, jeudi au cours d’un entretien avec l’ACP, que le manque d’hygiène et la promiscuité dans les établissements pénitentiaires sont à la base de la hausse du nombre des tuberculeux dans les prisons en RDC.

Selon le Dr Kasawa, la situation des détenus atteints de tuberculose dans les différentes prisons du pays demeure une situation préoccupante et le nombre des cas est à la hausse en raison du manque d’hygiène, de la promiscuité et de la sous-alimentation des prisonniers.

La tuberculose est une maladie grave, a-t-il dit, mais guérissable si l’ambition du pays face à cette maladie est d’accélérer la riposte afin d’assurer un accès pour tous aux soins de qualité.

« Toutes les prisons du pays possèdent au moins un centre de dépistage et de traitement des cas de tuberculose.

L’abandon des traitements demeure un problème important dans la prise en charge des malades.

Les stress, le diabète, la malnutrition et la promiscuité sont des facteurs qui exposent à la tuberculose », a-t-il poursuivi.

La RDC parmi les 30 pays les plus touchés par la tuberculose dans le monde

A en croire le Dr Michel Kasawa, la RDC se trouve parmi les 30 pays les plus touchés par la tuberculose et occupe le neuvième (9ème) rang dans le monde et le deuxième (2ème) en Afrique.

« La tuberculose constitue un véritable problème de santé publique en RDC. Selon la classification de l’OMS, la RDC un pays à faible population avec forte incidence.

La prévalence estimée est de 18.035 cas, soit un taux de prévalence de 464 cas sur 100.000 d’habitants. ACP/Zng/Awa