Le FFC déterminé à améliorer les connaissances des filles sur  les instruments juridiques liés à l’avortement

0
151

Kinshasa, 26 octobre 2020 (ACP).- Le Fonds pour les femmes congolaises (FFC) est déterminé à améliorer les connaissances de jeunes filles et  femmes sur de nouveaux instruments juridiques leur permettant d’accéder à l’avortement en cas de conflit et de bénéficier des services de contraception, a affirmé lundi, le chargé de programme  de cette organisation, Simon Idi, au cours d’un entretien avec l’ACP.

Selon M. Idi, cette structure  procède, à cet effet, à l’enregistrement depuis le 07 octobre jusqu’au 23 décembre en cours, des candidatures des ONG et associations féminines désireuses de suivre des formations sur la santé sexuelle et reproductive.

Cette action s’étend sur  tout le territoire national avec un accent particulier sur la ville de Kinshasa où le taux élevé d’avortement reste remarquable, a-t-il ajouté, indiquant que l’objectif visé est d’informer notamment les filles à propos de l’existence d’une loi sur la contraception et de proposer des informations, des conseils à travers une application en ligne sur la contraception.  « Il ne s’agit pas d’interdire aux filles et femmes la jouissance sexuelle mais plutôt, de mettre à leur disposition des moyens pouvant les aider à décider sur leurs vies », a insisté M. Idi, invitant les ONG et les associations  féminines à travailler en faveur de la promotion et de la protection des droits des femmes.

Créé en 2007, le FFC est une structure qui a pour mission principale  de soutenir les organisations des femmes de la base en vue de promouvoir efficacement les droits de la gente féminine congolaise, renseigne-t-on. ACP/Kayu/ODM/Nig/NKV