Validation du plan de renforcement des capacités des femmes du secteur de l’éducation en RDC

0
118

Kinshasa 28 octobre 2020 (ACP).- Les participantes à l’atelier sur le Plan d’action de renforcement des capacités des femmes du secteur de l’éducation ont validé mercredi, au Pullman Hôtel, dans la commune de la Gombe, le document visant une meilleure participation de celles-ci aux prises de décision sur les enjeux et les innovations majeures du secteur éducatif en RDC.

Le représentant du secrétaire général du ministère de l’Enseignement primaire secondaire et technique (EPST), organisateur de cet atelier en partenariat avec l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Viminde Ngbango Kotakoli a, à cet effet, indiqué que ce plan répond au nouveau cadre universel des Objectifs du développement durable (ODD), spécialement à la réalisation de l’ODD 4, qui vise à assurer l’accès de tous à une éducation de qualité sur le même pied d’égalité ainsi qu’à promouvoir les possibilités et l’apprentissage tout au long de la vie ».

S’agissant de l’ODD 5, il a précisé que cet outil a pour ambition de parvenir à l’égalité de sexe et d’autonomiser toutes les femmes et les filles, avant d’expliquer que ce plan d’action est destiné à renforcer leur présence à des postes de responsabilité dans les instances de prise des décisions dans le secteur de l’éducation et de la formation.
Le représentant/pays de l’UNESCO en RDC, Jean Pierre Ilboudo a, dans son discours, lu par le spécialiste du Programme Education/UNESCO, El Hadji Meissa Diop, souligné que cette activité permet la prise en compte de l’approche « Genre » dans les politiques notamment éducatives.

L’ODD5 constitue une réelle préoccupation pour plusieurs pays en général, et plus particulièrement dans les pays en voie de développement, du fait de plusieurs pesanteurs mais aussi des contraintes multiples que les responsables et les acteurs doivent dresser en vue d’y apporter des solutions durables, a-t-il fait savoir,
estimant que les activités qui concernent les femmes ne devraient pas se limiter uniquement au mois de mars dédié à cette dernière.

La cheffe de service de la Direction de l’éducation à la vie courante (DEVC/EPST), Christine Nepa Nepa Kabala, qui a présenté le plan du renforcement des capacités des femmes du secteur de l’éducation, s’est réjouie des deux décisions majeures prises lors de cet atelier notamment, l’élaboration par le secteur de l’éducation et de la formation de ce plan ainsi que la création d’un réseau des femmes du secteur de l’éducation.

Ce plan propose ainsi plusieurs solutions pour le secteur de l’éducation, entre autres, la non-célébration ponctuelle du mois de la femme sans objectif valable de développement.

Celui-ci suggère également d’éviter de faire de la femme un instrument au service de la propagande, proposant, à la place, le renforcement des capacités des femmes du secteur de l’éducation avec comme objectif d’augmenter le nombre de femmes responsables et cheffes de service.

  Il sied de noter que conformément à la politique du gouvernement de la RDC par l’entremise du ministère du Plan, chaque ministère dispose d’un point focal genre chargé de veiller constamment à la prise en compte de cette dimension dans son secteur.

Cet atelier s’aligne à la stratégie sectorielle de l’éducation et de la formation 2016-2025 ainsi qu’à la stratégie Genre du ministère de l’EPST, signale-t-on.ACP/Kayu/ODM/KJI/JLL