Ituri : Les créances de consommation des boissons de la BRALIMA destinées à éponger la dette de 1.100.000USD du  gouvernement provincial précédent à la Rawbank

0
214

Bunia, 29 octobre 2020 (ACP).- Le ministre provincial en charge de l’Economie et finances, Janvier Egudra Nyadri a rassuré les députés provinciaux que les créances relatives à la consommation de la bière et des boissons gazeuses de la BRALIMA servent à éponger la dette de 1.100.000(un million cent-mille) USD de la province de l’Ituri contractée par le gouvernement provincial précédent au livre de la Rawbank, dans ses éléments de réponses à la question orale avec débat lui adressée par le député provincial Martyr Abedjoa, concernant les créances sus-évoquées, lors de la 7e session plénière du mois de septembre de l’Assemblée provinciale de l’Ituri, a constaté mercredi l’ACP.

Il a expliqué à la plénière qu’au regard du danger que ce passé financier lourd présentait pour la province de l’Ituri, le gouverneur de province Jean Bamanisa a, en date du 18 févier 2020, signé le contrat de cession pour que les créances de la BRALIMA soient domiciliées au numéro de compte N°05152-010186678501-26, l’un des comptes qui reçoivent les différents flux financiers en terme de fonctionnement ouvert depuis l’installation de l’Ituri comme province.

Le gouverneur Jean Bamainsa, a-t-il poursuivi, a pris cette courageuse décision pour éviter que la province ne soit indexée par la Banque centrale du Congo(BCC) avec plusieurs conséquences sur le fonctionnement de la province de l’Ituri, raison pour laquelle, a-t-il dit, pour assainir cet environnement financier en vue de rétablir la confiance vis-à-vis de partenaires techniques et financiers de l’Ituri, dont la Rawbank.

L’autorité provinciale a levé l’option de prendre langue avec cette banque pour solliciter un arrangement qui avantagerait les deux(2) parties.

Janvier Egudra a laissé entendre que ledit arrangement consiste d’une part à trouver une solution de permettre à la Rawbank de recouvrer ses créances, et d’autre part éviter que le fonctionnement de la province de l’Ituri ne soit asphyxiée afin de sortir du piège de l’ébranlement des crédits vis-à-vis de ses partenaires financiers.

S’agissant des conditions de remboursement de ces 1.100.000 USD, dont les 780.000 USD ont été sollicités par le gouvernement provincial précédent pour la construction de l’hôtel du gouvernement aujourd’hui devenu « un éléphant blanc », a-t-il poursuivi, la banque a accepté que ce crédit soit atteint sur trente-six (36) mensualités avec un taux exceptionnel de 11%.

Il a déclaré que après des âpres discutions grâce au tact managérial du gouverneur Jean Bamanisa, la Rawbank a consentie pour l’annulation d’un montant de l’ordre de plus de 117.000.000 de francs congolais qui ne devraient plus être capitalisés sur le crédit unique à rembourser par la province.

En définitive, Janvier Egudra a martelé que l’intention de l’autorité provinciale était de tirer la province de l’Ituri de la position inconfortable de l’insolvabilité avec les conséquences fâcheuses, et les recettes payées par la BRALIMA n’ont pas été détournées, mais au contraire orientées vers le compte qui appartient bel et bien à la province depuis longtemps pour apurer la dette se trouvant dans le livre de la Rawbank.

Malgré le volume important de la dette au niveau du livre de la Rawbank, a relevé Janvier Egudra, le gouvernement dirigé par le gouverneur Jean Bamanisa était désagréablement surpris de constater que l’exécutif provincial précédent avait pris des options dangereuses, celles de délocaliser les recettes de l’Ituri dans un circuit hors banque par l’institution de caisses recettes informelles au gouvernorat et à la Direction générale de recettes de la province de l’Ituri(DGRPI).

Devant ce système de fonctionnement de « sauve qui peux », a-t-il poursuivi, où les recettes de la province passaient en dehors du circuit bancaire, le débit de la province continuait à être approfondi par la génération automatique des intérêts débiteurs sur la province de l’Ituri pour donner l’argument à la Rawbank de classifier les encours de la province sur le portail de crédit «douteux» qui est un statut extrêmement ridule pour une institution comme la province.

Après avoir tenté ainsi de répondre à neuf(9) questions formulées par l’initiateur de cette question orale avec débat,  Janvier Egudra a sollicité et obtenu auprès de la plénière de revenir lundi prochain devant les élus provinciaux donner d’autres éléments supplémentaires à plusieurs questions posées par les élus provinciaux. ACP/Fng/Zng/Awa