La chirurgie fait partie intégrante du traitement de la très grande majorité des cancers du sein, selon le Dr Tendobi

0
184

Kinshasa, 29 octobre 2020 (ACP).- La chirurgie fait partie intégrante du traitement de la très grande majorité des cancers du sein, a indiqué le Dr Céline Tendobi Baby, médecin œuvrant au centre hospitalier Monkole de Kinshasa, au cours d’un entretien jeudi avec l’ACP, à l’occasion de la clôture du mois d’octobre rose, mois consacré à la sensibilisation au dépistage du cancer du sein.

Cependant, a-t-elle fait savoir, pour poser le diagnostic, on procède par la biopsie qui consiste à prélever un échantillon de la tumeur à des fins d’examen.

Outre la chirurgie qui consiste à enlever la tumeur cancéreuse, il existe 4 autres catégories de traitements de cette pathologie.

Il s’agit de la radiothérapie, de la chimiothérapie, de la thérapie hormonale et de la thérapie ciblée.

Un cancer signifie la présence des cellules anormales qui se multiplient de façon incontrôlée.

Dans le cas du cancer du sein qui est une tumeur maligne  qui se développe au niveau de la glande mammaire, les cellules peuvent rester dans le sein ou se répandre dans le corps par les vaisseaux sanguins ou lymphatiques, a-t-elle expliqué.

S’agissant des symptômes, le Dr Tendobi a indiqué que lorsqu’il y a présence d’un nodule (boule ou bosse) au sein, qu’il soit fixe ou mobile, il s’agit du symptôme le plus fréquent. Tous les nodules détectés au sein ne sont cependant pas cancéreux.

Parmi les symptômes, il a cité, entre autres, les écoulements spontanés provenant du mamelon, une rétraction du mamelon (le mamelon est tourné vers l’intérieur), un changement de couleur de la peau d’un sein et autres.

«A chaque consultation gynécologique, nous proposons à la femme un examen des seins et c’est toujours fait.

Toutes les femmes sont sensibilisées et nous prenons le temps d’expliquer aux patientes le cancer du sein et ses conséquences», a fait savoir le Dr Tendobi concernant les actions que mène  le centre hospitalier Monkole en matière de sensibilisation.

Pour prévenir cette maladie, il faut agir sur les facteurs de risque liés aux modes de vie tels que la consommation d’alcool et de tabac, un surpoids ou encore pas ou peu d’activité physique.

Ces facteurs peuvent favoriser l’apparition d’un cancer du sein.

80% des cancers du sein se développent après 50 ans. Il est donc préférable de redoubler de vigilance à partir de cet âge.

Le cancer du sein est le cancer le plus diagnostiqué chez les femmes à travers le monde, tant avant qu’après la ménopause. Une femme sur 9 sera atteinte d’un cancer du sein au cours de sa vie et une femme sur 27 en mourra.

Ce sont ces statistiques qui font que tout un mois soit consacré  à cette maladie, a-t-elle dit. ACP/ZnG/Awa