La porte-parole adjointe du Chef de l’Etat sensibilise les étudiants de l’IFASIC à  lutter contre les « fake news »

0
325

Kinshasa, 29 octobre 2020 (ACP).- La porte-parole adjointe du Chef de l’Etat, Tina Salama a sensibilisé, jeudi, les finalistes de l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication (IFASIC), à lutter contre les « fake news » qui désoriente l’opinion publique et ronge la société congolaise à l’accroissement des réseaux sociaux, au cours d’une conférence animée à leur intention.

Selon Mme Tina Salama, le «fake news» n’est pas nouveau, il remonte à une époque plus ancienne que la nôtre, notamment dans la mythologie grecque, ajoutant que le fake news, autrement dit la désinformation, est causé par la multiplication des diffusions, l’émergence des réseaux sociaux, etc., soutenant que sa montée en flèche, constituent une menace pour la démocratie et les médias traditionnels, car ces derniers militent pour une bonne information.

Mme Tina Salama a fustigé le comportement de certains médias et journalistes qui alimentent ce fléau, surtout lorsqu’ils ne se donnent pas la peine de vérifier la véracité des faits et de se documenter avant toute diffusion.

«Un grand nombre des nouvelles circulent dans le monde, nous devons les vérifier avant toute diffusion», a-t-elle souligné, affirmant que parmi les auteurs de ces « fake news », l’on dénombre les piètres journalistes, les partisans des partis et regroupements politiques, etc., opérant dans l’unique  but d’influencer l’opinion publique et d’accroitre son audimat.

C’est dans ce cadre, qu’il a invité ses interlocuteurs, futurs cadres de demain et professionnels de medias, à se lancer à la lutte contre  ce fléau, en travaillant pour  la diffusion de la « bonne information ».

De son côté, le recteur de l’IFASIC, Rigobert Munkeni a affirma que  «c’est aux journalistes formés de combattre ce fléau. Car leur formation repose sur les valeurs d’éthique et de déontologie professionnelle». C’est ainsi, qu’il les a instruit de créer des blocs « Facebook, Google et autres» comme moyens  pour diffuser la bonne information  et combattre les fake news. ACP/Zng/Awa