Les OPJ de la Police nationale congolaise appelés à l’ordre dans l’exercice de leur fonction

0
317

Kinshasa, 29 Octobre 2020 (ACP).-  La commissaire générale à l’Inspection générale, Elysée Ketita Zaïna a appelé à l’ordre, à la fermeté, à l’impartialité et à l’intégrité les officiers de la police judiciaire (OPJ) de la Police nationale congolaise (PNC) dans l’exercice de leurs fonctions, mercredi au Centre culturel Boboto à Kinshasa, au cours de la clôture de l’atelier de renforcement des capacités sur la promotion des droits de l’homme et l’implication de l’Inspection générale (IG) dans la lutte contre l’impunité et les violences sexuelles.

Ces deux jours de formation, a rappelé Mme Zaïna dans son discours, ont amené ces cadres de l’Etat à acquérir des connaissances adéquates leur permettant de bien faire leur travail qui consiste à contrôler, auditer, enquêter et évaluer les unités de service de la police surtout en matière des droits de l’homme.

Les participants à cet atelier ont obtenu des informations claires sur l’introduction générale des droits de l’homme qui a mis un accent particulier sur les violations de ces droits, les infractions, le cadre légal et l’implantation de l’IG dans la lutte contre toutes formes de violence.

Ils ont aussi recueilli des informations supplémentaires sur le BNUDH, la lutte contre l’impunité des violations des droits de l’homme en RDC, les questions de recevabilité vis-à-vis de la population, la notion d’ordre publique et l’usage de la force par les agents de l’ordre étatique.

«Toute cette mosaïque d’information permettra aux OPJ de contrôler avec professionnalisme et d’évaluer correctement avec la prestation des policiers dans l’exercice de leur fonction de police», a précisé la commissaire générale Elysée Ketita Zaïna.

Cet atelier de formation et d’échange entre dans le cadre du partenariat PNC-BCNUDH par l’entremise de l’UN pool, partenaire traditionnel de l’Inspection générale de la PNC.

A cette occasion, Elysée Ketita Zaïna a exhorté les OPJ à mettre en pratique toutes les notions apprises tout au long de cette formation en vue d’assurer une bonne rédévabilité de l’action de la police nationale et répondre aux problèmes de la sécurité et de la quiétude de la population congolaise dans son ensemble.

Mme la commissaire a recommandé aux parties prenantes de renforcer le plaidoyer sur la question développée, d’accompagner le comité de suivi des violations des droits de l’homme à Kinshasa et dans son organisation régulière des formations sur des thématiques liées aux droits de l’homme et à celles portant sur le suivi, le contrôle et l’audit.

Les parties prenantes ne devront pas oublier de prendre en compte le processus de réactivation du call center, a-t-elle souligné. ACP/ZnG/Awa