Présentation à Kinshasa des résultats du projet « Accouchement sécurisé et espacement » mis en œuvre depuis 2017

0
343

Kinshasa, 29 octobre 2020 (ACP).- Le ministère de la Santé, à travers son Programme national de santé de la reproduction (PNSR), en partenariat avec l’ONG internationale «Jhpiego», a présenté, jeudi à Kinshasa, au cours d’une matinée scientifique, les résultats du projet « Accouchement Sécurisé et Espacement » (ASE)  mis en œuvre depuis 2017 en vue du renforcement  des capacités des prestataires.

Le représentant du secrétaire général à la Santé, le Dr Glody Ilunga a indiqué que la RDC fait face à des défis énormes dans le domaine de la santé. Pour ce qui est de la santé de la reproduction, le taux de mortalité maternelle est estimé à 846 décès maternels pour 100 000 naissances et le taux de mortalité  néo-natale est estimé 28 décès pour 1000 naissances.

Les causes de ces décès sont largement dues aux conditions d’accouchement ainsi qu’aux complications qui s’en suivent, à l’insuffisance des compétences cliniques des prestataires de soins et à l’insuffisance des équipements dans les formations sanitaires.

Dans le cadre de l’amélioration de l’offre de service de qualité, plusieurs approches ont été mises œuvre par le ministère de la Santé dont l’une d’elle est l’approche «Petite Dose et Haute Fréquence (PDHF)» couplée à l’amélioration de qualité mise place par «Jhpiego».

Le directeur pays de l’ONG «Jhpiego»,  Virgile Kikaya a souligné que cette approche, qui rentre dans le cadre du projet «Accouchement Sécurisé et Espacement» (ASE) offre un contenu technique qui cible les interventions de la santé de la reproduction et qui sont à haut impact. Les formations théoriques et de courte durée qui se font dans les centres de santé et les hôpitaux sont couplées à la pratique sur mannequin et aux évaluations.

Le Dr Alice Mbuyi du PNSR a, à son tour, fait savoir que les formations des prestataires de soins qui se font dans les sites sanitaires ont  produit des résultats estimables, entre autres l’augmentation du pourcentage des femmes enceintes avec pré-éclampsie/éclampsie, le nombre des nouveau-nés avec asphyxie réanimé avec succès, l’augmentation du pourcentage des clientes en post partum et en post avortement qui acceptent une méthode contraceptive moderne avant leur sortie de la formation sanitaire, ainsi que la répartition des méthodes contraceptives modernes utilisées par les clientes en post partum et post avortement avant la sortie de la formation sanitaire. ACP/Zng/Awa