Un porte-parole de l’ONU souligne l’impact humanitaire du conflit dans le Haut-Karabakh

0
422

Kinshasa, 29 octobre 2020 (ACP).- Un porte-parole des Nations Unies a souligné, mercredi, l’impact humanitaire du conflit dans la région du
Haut-Karabakh, où une nouvelle vague d’affrontements a éclaté il y a un mois, ont rapporté jeudi des médias internationaux.

Évoquant l’impact humanitaire du conflit actuel, Stephane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré lors d’un point de presse à midi que le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a indiqué aujourd’hui qu’après un mois de combats, plus de 130.000 personnes ont été déplacées, 76 écoles et jardins d’enfants endommagés, et une maternité bombardée.

« Un nombre incalculable d’enfants sont affligés par l’impact psychologique d’une exposition quotidienne à des attaques à la roquette et au missile dans des zones civiles », a déclaré M. Dujarric, citant l’UNICEF.

« Nous réaffirmons à nouveau l’appel du secrétaire général à toutes les parties leur enjoignant de mettre en œuvre immédiatement le cessez-le-feu humanitaire auquel elles se sont engagées et de respecter pleinement leur obligation d’épargner et de protéger les civils et les infrastructures civiles.

Les hostilités actuelles sont inacceptables et doivent cesser immédiatement », a déclaré le porte-parole. De nouveaux affrontements armés ont éclaté le 27 septembre le long de la ligne de contact dans la région du Haut-Karabakh.

L’Arménie et l’Azerbaïdjan s’opposent pour le contrôle de cette région montagneuse depuis 1988.

Des pourparlers de paix ont été menés depuis la conclusion d’un accord de trêve en 1994, mais des affrontements mineurs ont continué d’éclater de temps à autres. ACP/Fng/Zng/Awa