Le Royaume-Uni  confirme un nouveau confinement national

0
304

Kinshasa, 03 novembre. 2020(ACP).-  Le Premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson a, après une première annonce le week-end, confirmé devant les députés britanniques l’imposition d’un nouveau confinement national à partir du jeudi 5 novembre en Angleterre, ont rapporté mardi les médias étrangers, soulignant qu’il s’agit des mesures prise à contrecœur par le dirigeant britannique qui lui ont valu l’opposition d’une majorité de la Chambre des Communes.

Après des semaines de refus catégorique, Boris Johnson a dû admettre que le pays faisait face à une catastrophe « médicale et morale » et qu’il n’avait désormais d’autre choix que de réimposer un second confinement.

Mais ces arguments n’ont pas empêché le Premier ministre britannique d’être critiqué de toutes parts : le dirigeant de l’opposition travailliste Keir Starmer, qui réclamait depuis longtemps un reconfinement national, a fustigé l’inaction du gouvernement avec pour conséquence un confinement plus long et plus dévastateur : « A chaque étape, le Premier ministre a été trop lent ; il a fait trop de promesses qui n’ont pas eu assez de résultats… Ne pas écouter ses conseillers scientifiques quarante jours durant révèle une absence catastrophique de leadership et de jugement… »,  notent les sources.

Keir Starmer a néanmoins annoncé que le Labour voterait en faveur de ce reconfinement. Ce qui n’est pas le cas d’un certain nombre de députés conservateurs qui ont la ferme intention de se rebeller contre Boris Johnson comme Sir Charles Walker : « Parce que nous dérivons de plus en plus vers un Etat autoritaire et coercitif, le seul mécanisme légal qui me reste est de voter contre cette législation… » Jouer » au Père Noël.

Cette énième volte-face et la gestion chaotique de la pandémie fragilisent une fois encore le gouvernement Johnson, mais Downing Street compte maintenant sur l’efficacité de ces mesures drastiques pour annoncer aux Britanniques des fêtes de fin d’année sous un régime moins strict et pouvoir ainsi « jouer » au Père Noël…

Covid-19: la Catalogne choisit les petits commerces plutôt que les grandes surfaces

En Espagne, les régions peuvent décider de mesures de restrictions pour lutter contre le coronavirus. La Catalogne a choisi l’inverse qu’en France : elle privilégie les petits commerces aux grandes surfaces.

La Catalogne a pour une fois fait tout l’inverse que sa voisine française. Dans la région espagnole, tous les petits commerces jugés « non-essentiels » comme les salons de coiffure, magasins de vêtements ou encore librairies restent ouverts au public. En revanche, le gouvernement régional a imposé de strictes restrictions pour les plus grandes surfaces.

Depuis vendredi dernier, tous les magasins de plus de 800 mètres carrés doivent rester portes closes ou réduire leur superficie. Et les centres commerciaux sont eux-aussi fermés : seules les boutiques ayant une sortie directe sur la rue peuvent ouvrir.

Bars, restaurants, théâtres et cinémas fermés

L’exécutif régional souhaite ainsi réduire surtout les rassemblements dans de grands espaces clos tout en préservant les petits commerces pour sauver l’économie.

Mais ces choix font aussi des mécontents dans d’autres secteurs non épargnés : bars, restaurants, théâtres et cinémas reprochent à la région leur fermeture totale qu’ils estiment injuste. ACP/ZNG/Cfm