L’économie sociale et solidaire produit des biens et des services, selon la présidente de la NCCN/RDC

0
417
Accounting, budget, price.

Kinshasa, 03 nov. 2020(ACP).– La présidente de la Nouvelle chambre de commerce nationale en RDC (NCCN-RDC), Caroline Poncelet Lokemba a déclaré lundi devant la presse que le concept «l’économie sociale et solidaire» (ESS) renferme  une spécificité de produire des biens, des services et des connaissances.

Ce nouveau concept, a  précisé  Mme Lokemba,  poursuit  des objectifs à la fois économiques, sociaux et de promotion de la solidarité. Selon elle, l’économie sociale et solidaire est un nouveau  concept  économique  qui désigne des organisations et des entreprises qui développent leurs activités sous une double dimension, notamment sociale et économique par ses valeurs, son modèle d’organisation et ses projets.

Elle a également souligné que l’ESS s’affiche plus que jamais comme une alternative de réussite sociale et environnementale. Sa mise en œuvre est pratique et facile à savoir, par les personnes morales de droit privé, constituées sous forme de coopératives, de mutuelles, de fondations ou d’associations.

Répondant à une question, la présidente de la NCCN-RDC a indiqué que sa structure  vient  de mettre en place des axes stratégiques pour promouvoir l’économie sociale et solidaire.

Il s’agit, entre autres, de la promotion pour développer une meilleure connaissance, l’innovation pour répondre aux besoins sociaux et encourager les approches économiques et organisationnelles innovantes et le développement économique, afin d’ accompagner la création des nouvelles activités économiques dans l’ESS et répondre aux évolutions des entreprises et du pays, car, a-t-elle ajouté «L’ économie sociale et solidaire est au centre d’un débat de société dans le monde à des degrés divers, des initiatives d’Economie Sociale et Solidaire prennent de plus en plus forme».

Pour elle, les initiatives de la NCCN-RDC proposent de transformer l’économie informelle et populaire en économie de droit commun, tout en mettant un accent sur la promotion du travail de production sociale assumé principalement par les femmes.

«La RDC a un besoin prioritaire d’une nouvelle façon de vivre et de penser l’économie, parce que la plus grande richesse est le capital humain, un capital dont la femme constitue un des maillons le plus important en RDC», a conclu  Mme Lokemba. ACP/Zng/Fmb/May