Tenue d’une conférence à Ngaliema en prélude de la Journée nationale de  lutte contre le harcèlement scolaire

0
396

Kinshasa, 04 novembre 2020 (ACP).- La coordinatrice nationale de l’ONG « Femmes leaders de Ngaliema », Nathalie Maluku a animé mercredi dans la commune qui porte le même nom, une conférence sur la lutte contre le harcèlement en prélude de la Journée nationale de la lutte contre le harcèlement scolaire célébrée le 05 novembre de chaque année.

A cette occasion, l’oratrice a défini le harcèlement comme étant des violences verbales et morales, également physiques que subit un enfant à répétition. Mais lorsque ces mêmes faits se déroulent sur les réseaux sociaux, par SMS ou par courriel, précise-t-elle, là on parle de cyber harcèlement.

Le harcèlement à l’égard d’un enfant a-t-elle ajouté, peut avoir des conséquences graves notamment, la baisse des résultats scolaires, la perte de l’estime de soi, le décrochage scolaire et le profond mal-être.

Pour Mme Maluku, il faut dénoncer pour faire cesser la violence que vous subissez. C’est aussi agir pour que d’autres élèves ou vous-mêmes ne soyez pas victimes une autre fois. C’est-à-dire lorsque vous en parlez, il est important d’expliquer en détails la situation que vous subissez au moyen de l’écriture, de l’ensemble de faits même s’ils vous semblent mineurs. Mais aussi, en notant la date, l’heure, les personnes présentes, la description des faits, leur répétition face à cette situation.

La coordinatrice de cette ASBL invite à cet effet, les victimes à ne pas tenter de résoudre eux-mêmes la situation par la violence car celle-ci pourrait l’aggraver. ACP/Kayu/ODM/KJI