Le PNEHA vise l’accroissement de l’accès à l’eau  de 33 à 80 % à l’horizon 2030, selon Elysée Munembwe

0
200

Kinshasa, 05 novembre 2020 (ACP).- La vice-Premier ministre, ministre du Plan, Elysée Munembwe Tamukumwe a affirmé, mercredi à la réunion de haut niveau des ministres des Finances et du secteur de l’Eau, hygiène et assainissement (EHA), qu’avec le Programme national eau-hygiène et assainissement (PNEHA) que le gouvernement congolais vient de mettre en place, la RDC vise l’accroissement du taux d’accès à l’eau potable de 33 à 80 %, l’amélioration de l’assainissement de 14 à 70 %, l’hygiène pour tous de 21 à 70 % et l’éradication de la défécation à l’air libre de 12 à 0 % à l’horizon 2030, a appris l’ACP jeudi du ministère du Plan.

Selon la source, Elysée Munembwe invitée comme beaucoup d’autres de ses collègues ministres du secteur de l’EHA, a présenté à l’occasion la situation de la RDC au regard de l’impact de la Covid-19, indiquant à l’intention de ses interlocuteurs que ce secteur en RDC est piloté par son ministère à travers une structure dénommée «Comité national d’actions de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement».

La vice-Premier ministre, ministre du Plan a par ailleurs noté que quand bien même les dysfonctionnements du secteur de l’eau et de l’assainissement contribuent aux mauvaises conditions de santé et entraînent des coûts supplémentaires pour la population, les investissements dans ce secteur  offrent des avantages sur le plan du développement tant économique que social d’une population estimée à 91.994.000 (nonante et un million neuf cent nonante quatre mille) habitants.

«Investir dans le secteur de l’EHA présente également des avantages sociaux, notamment : la réduction sensible des maladies liées au manque d’eau, d’hygiène et d’assainissement; la création de l’emploi et la réduction du taux de chômage ; la réduction de la corvée de collecte d’eau pour la jeune fille, l’amélioration de son éducation et de sa protection contre les violences sexuelles. Mais, étant donné que le secteur informel intervient à plus de 70 % dans les activités économiques de la RDC, et que la Covid-19 présente une opportunité pour booster les efforts, en vue de l’amélioration dudit secteur», a ajouté Elysée Munembwe.

Elle a estimé que l’Etat doit non seulement inciter les acteurs du secteur informel à intégrer le secteur formel, mais aussi de mettre en application effective la loi relative à l’eau pour stimuler les privés à investir dans le secteur.

Outre l’Organisation des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Banque mondiale (BM) et la Banque africaine de développement (BAD), la réunion de haut niveau des ministres des Finances et du secteur de l’EHA a été ponctuée par des interventions des ministres des Finances du Zimbabwe, de l’Egypte, du Nigeria et du Liberia, rappelle-t-on. ACP/Zng/Awa