Les journalistes du Kasaï Oriental appelés à plus de responsabilité

0
419

Mbuji-Mayi, 05 novembre 2020 (ACP).- Les journalistes et animateurs des médias audiovisuels basés dans la province du Kasaï Oriental sont appelés à plus de professionnalisme et de responsabilité ainsi qu’au respect des règles de l’art dans l’exercice de leurs fonctions, en vue de préserver la paix sociale et de promouvoir les valeurs démocratiques.

Cet appel est lancé jeudi par le ministre provincial de la Presse, Denis Kalombo Ilunga, au cours d’une réunion tenue dans son cabinet à l’intention des responsables du CSAC, OMEC, UNPC et du chef de division de communication.

La séance fait suite aux cas de dérapages enregistrés dans ces médias où les animateurs des programmes de débat politique n’arrivent pas à bien gérer des débatteurs qui tombent facilement dans l’injure, la diffamation avec des propos incitatifs à la haine.

Denis Kalombo a rappelé le contenu de son message interdisant jusqu’à nouvel ordre, des émissions politiques qui attisent la tension entre les deux institutions provinciales, à savoir l’assemblée  et le gouvernement.

Il a insisté sur le fait que les directeurs des programmes doivent s’occuper de l’encadrement de leurs collaborateurs avant toute autre chose, en vue d’un meilleur rendement.

«Faites-nous une bonne presse et nous vous ferons une bonne gouvernance», a renchéri le ministre Kalombo qui a sollicité du coordonnateur provincial de CSAC, la rigueur habituelle pour recadrer les professionnels des médias qui ne respectent pas cette profession du reste codifiée.

S’adressant au président sectionnaire de l’UNPC, le ministre a demandé que soit établi un répertoire des journalistes de la province qui doivent être détenteurs de la carte d’identité professionnelle et de la carte de service des entreprises qui les emploient.

Les participants à la réunion ont souhaité voir le ministre de la presse travailler en collaboration avec les organes de régulation et d’autorégulation dans la prise de certaines décisions.

Aussi, ont-ils émis le vœu de voir l’UNPC se doter de sa commission de discipline comme tribunal de pairs pour sanctionner les fautes déontologiques commises par les professionnels des médias. ACP/Zng/Awa