Le ministre Luhaka et la vice- ministre de l’ESU, Liliane Banga à l’ABA

0
350

Kinshasa, 06 novembre 2020(ACP).- Le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire(ESU), Thomas Luhaka Losendjola, a déclaré, vendredi, lors de  la cérémonie de la collation des grades académiques et de clôture de l’année académique 2019-2020,à l’Académie des beaux-arts(ABA),que la clôture officielle de l’année académique 2019-2020, aura lieu samedi  21 novembre 2020 ,sur toute l’étendue du territoire national.

Il a rappelé la note circulaire adressée aux chefs d’établissements de l’ESU leur demandant d’adapter le calendrier réaménagé aux réalités de leurs établissements respectifs.

Le ministre Thomas Luhaka a reconnu les mérites  du  comité de gestion de  l’ABA pour avoir appliqué le calendrier réaménagé suite au contexte de la COVID-19.

Il a félicité les 161 lauréats proclamés à l’ABA sur les 540 finalistes de premier et deuxième cycles, soulignant que dans une société aussi riche en potentiel culturel, le diplômé de l’ABA dispose de tous les atouts pour être un véritable créateur d’emplois.

«Je voudrai pouvoir compter sur vous pour que vous vous investissiez, chacun au travers de la filière suivie, à devenir  des Liyolo et des Lufwa dans la sculpture, des Lema et des Mavinga pour la peinture, des Pemba pour la métallique, des Bemba pour la céramique et bien d’autres sommités des Beaux-arts pour le Congo d’aujourd’hui et de demain », a dit le ministre de l’ESU.

Le développement efficace du pays, a-t-il poursuivi, ne se réalisera pas si la question de la valorisation de la culture et des arts n’est pas placée au cœur de la vie nationale.

Thomas Luhaka a salué l’implication constatée  à l’ABA dans la lutte contre COVID-19.

L’ABA appelée à recourir aux NTIC

Le ministre de l’ESU, Thomas Luhaka a recommandé au comité de gestion et à d’autres corps de l’ABA de recourir aux Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans les méthodes d’apprentissage.

Il a également recommandé de mettre l’accent sur le regard collaboratif d’avoir à l’endroit de tous les artistes autodidactes, qui produisent des œuvres extraordinaires, lesquelles pourraient être utiles à la formation des élites des beaux-arts.

Thomas Luhaka a en outre, invité le comité de gestion de l’ABA et toutes les parties prenantes de cet établissement de redoubler d’efforts pour un travail collaboratif, indispensable au développement et à l’expansion scientifique de cette institution. ACP/Kayu/ODM/Nig