Mgr Melkisedech Sikuli pour la création d’une cellule chargée du suivi des tueries au Nord-Kivu

0
337
L’évêque de Beni-Butembo, Sikuli Paluku Melchisédech à Bini lors de son séjour de compassion aux victimes du massacre de Rwangoma à Beni (Nord-Kivu). 29/08/2016. Ph. Radio Okapi/Alain Wandimoyi

Kinshasa, 06 nov. 2020(ACP).- L’évêque du diocèse de Butembo-Béni, Mgr Melkisedech Sikuli, a recommandé la création, à la Présidence de la République, d’une cellule, pour suivre la situation complexe liée aux tueries à Beni et ses environs, dans son message intitulé : « Octobre 2019-Octobre 2020, une année de plus et de calvaire supplémentaire :que faire ensemble ? Je crois et je parlerai ».

Mgr Sikuli a relaté, dans son message, des faits criminels perpétrés dans la nuit de vendredi à samedi 31 octobre 2020 à travers notamment le carnage de plus de vingt personnes dont l’animateur catéchiste, Richard Kasereka Kisusi dans le groupement de Baluliki, secteur de Ruwenzori à la paroisse Regina pacis.

Selon le prélat catholique, l’animateur catéchiste venait à peine de finir sa formation pastorale et attendait son installation dans ses services en la solennité de la Toussaint.

«Est-il humainement raisonnable et responsable de sacrifier dans un silence honteux tant de vies humaines pour des intérêts économiques et ou politiques», s’est interrogé Mgr Melkisedech Sikuli ?

Il a demandé à tout le monde de se réveiller du sommeil afin de s’engager ensemble, dans l’évaluation de la situation autour de ce carnage à Beni et ses environs mais aussi de quitter cette indifférence révoltante constatée dans le chef des acteurs politiques et administratifs.

L’évêque de Butembo-Béni a lancé l’alarme concernant ses diocésains qui «sont au bord du désespoir» et qui «sont  tués, massacrés tous les jours dans une indifférence de plus en plus déconcertante». ACP/Kayu/ODM/Nig