Les participants à la deuxième table ronde de Goma sur la foresterie communautaire s’accordent sur l’élaboration d’une nouvelle politique forestière nationale

0
533

Goma, 07 novembre 2020 (ACP).- Les participants à la deuxième table ronde de Goma sur la foresterie communautaire s’accordent sur l’élaboration d’une nouvelle politique forestière nationale qui devr a garantir le développement harmonieux de la foresterie communautaire en RDC, dans sa phase de gestion et d’exploitation au regard des acquis déjà enregistrés.

Cet accord a été conclu lors de la deuxième édition de la table ronde multi-acteurs sur la foresterie communautaire, pool du Kivu  qui s’est clôturée mercredi 4 novembre à Goma au Nord-Kivu. Il a réuni au moins 85 intervenants dans le domaine de la foresterie venus du Nord-Kivu, Sud-Kivu et Maniema, avec comme objectif de mobiliser les parties prenantes clés pour faire le bilan de la foresterie communautaire dans ces provinces et réfléchir en vue d’assurer la pérennisation de ce processus.

Le coordonnateur de la foresterie communautaire à la Rainforest Fondation Norway (RFN), Thoms Katembo a fait savoir que les recommandations des participants sont orientées vers la mise en œuvre des plans simples de gestion.

Selon lui, c’est un outil important de gouvernance des concessions forestières des communautés locales. À ce jour, 70 concessions forestières aux communautés locales et peuples autochtones sont déjà octroyées dans 7 provinces du pays, à savoir l’Équateur, le Mai-Ndombe, le Nord-Kivu, le Maniema, la Tshopo, la Tshuapa et le Kwilu, couvrant une superficie totale de 1 362 418 hectares de forêts et 31 initiatives ayant une superficie de 695 205 hectares dont 16 initiatives pour la seule province du Nord-Kivu avec une superficie de 395 269 hectares.

Le secrétaire général du réseau-CREF, François Biloko a, à son tour, indiqué que cette dynamique de foresterie communautaire associe  des entités qui ont des limites communes avec les aires protégées, notamment le parc national des Virunga y compris aussi le parc national de Kahuzi-Biega. Raison pour laquelle qu’il y a un travail de plaidoyer qui doit être mené auprès de l’ICCN pour  arriver à une démarcation claire et participative en faveur de la démarcation réelle des concessions forestières des communautés locales qui seraient érigées en frontière avec ces aires protégées.

Cette 2ème édition de la table a été organisée par le  Centre d’appui à la gestion durable des forêts tropicales (CAGDFT), en collaboration avec le réseau-CREF et la division de foresterie communautaire (DFC) de la Direction gestion forestière (DGF) et l’appui technique et financier de GIZ, Diane Fossey Gorilla Fund (DFGF) et la Rainforest Fondation Norway (RFN), rappelle-t-on. ACP/Zng/CL/Fmb